• Auteur:

    ddkabylie

Les femmes… comme on les aime !

Posté par ddkabylie le 8 mars 2010

dsc5510.jpg

Célébrées partout en Kabylie 
Les femmes… comme on les aime !

Le temps d’une journée, tous se sont rappelés qu’elle est là ! Elle, c’est la mère, la sœur, l’épouse… cet être qui ne cesse de subir les affres d’un système social qui fait de l’homme, le maître et la femme son éternel serviteur. “Même si les choses ont tendance à changer surtout chez les générations montantes mais cela reste insuffisant. Nous devons retrouver notre place aux côtés de l’homme.

Le temps pluvieux qui a caractérisé la journée d’hier à Tizi-Ouzou, n’a pas empêché la gent féminine de faire la fête à l’occasion du 8 mars. Elles étaient, en effet, des milliers à sortir dans les rues tiziouzéennes pour marquer leur journée internationale.
Comme d’habitude, c’est l’enceinte de la maison de la culture Mouloud-Mammeri qui deviendra la destination des centaines de femmes à la recherche d’un espace de distraction. Dès les premières heures de la matinée d’hier, la grande cour de la maison de la culture était prise d’assaut. Des femmes, fleurs à la main, vêtues pour la plupart d’entre elles, d’habits traditionnels, ont tenu a être là, malgré le froid glacial. La robe kabyle a retrouvé à l’occasion ses lettres de noblesse… le temps d’une journée. La joie et la bonne humeur n’étaient pas, cependant, l’apanage de la gent féminine puisque les garçons, étaient aussi de la fête et ont dû apprécier la beauté kabyle dans son originalité qui délifait tout le long de la journée d’hier. La ville de Tizi-Ouzou, a, de ce fait, oublié ses soucis, les gens ne parlaient que d’elles. Le terrorisme, la JSK, la Coupe du monde… ont été d’ailleurs réduits aux second rôle… Le temps d’une journée, tous se sont rappeler qu’elle est là ! Elle c’est la mère, la sœur, l’épouse… cet être qui ne cesse de subir les affres d’un système social qui fait de l’homme, le maître et la femme son éternel serviteur.
“Même si les choses ont tendance à changer surtout chez les générations montante mais cela reste insuffisant. Nous devons retrouver notre place aux côtés de l’homme. L’égalité doit être consacrée par une loi qui réhabilitera la femme dans ces droits”, nous dit Kahina, une jeune étudiante rencontré, dans l’enceinte de la maison de la culture.
Dans ce sillage, Naïma, étudiante en quatrième année psychologie estime de son côté, que le préalable sera l’abrogation pur et simple du code de la famille, c’est un code qui réduit la femme à un statut de subordonnée.
“Les autorités du pays doivent justement  passer à une autre étape pour donner à la femme le statut juridique, qui doit être le sien. Le préalable sera l’abrogation du code de la famille qui comporte des articles discriminatoires à l’égard de la femme”, dira-t-elle.
14 h… La grande salle des spectacles explose…
Le spectacle animé hier par une pléiade d’artiste, de la région aura une fois de plus, montré l’urgence de doter la wilaya de Tizi-Ouzou d’une grande salle de spectacles digne de ce nom. La salle de spectacle, n’a pas pu contenir la grande foule en liesse. Elles étaient des milliers de femmes à prendre d’assaut la salle qui s’est avérée exigu. PLus de huit cent femmes ont eu la chance de “réserver” une place et assister à un spectacle des plus original. A l’intérieur d’une salle archi comble, l’ambiance était électrique. Il y avait de l’humour avec Amar Colombo, de la belle musique avec des artistes de la région et surtout la petite Fella Bellali qui n’a pas manqué d’enflammer l’assistance. Dans les coulisses de la grande salle de spectacles de la Maison de la culture, Ould Ali El Hadi, directeur de la culture à Tizi-Ouzou, était au four et au moulin. “Je suis très heureux de voir un aussi grand public. C’est une tradition de la maison de la culture Mouloud-Mammeri, de fêter la Journée internationale de la femme comme on le fait avec les autres grands évènements”, dira M. Ould Ali. Ce dernier indiquera dans le même sens “la Maison de la culture est toujours un espace pour les familles. Nous assurons toutes les conditions  pour leur permettre de se distraire. La journée du 8 mars est à ce sujet une opportunité pour rendre hommage à la femme. Elle le mérite bien”, ajoutera le directeur de la culture.
En plus du gala artistique, la Maison de la culture a abrité une exposition d’objets traditionnels, robes kabyles, tapis berbères, entre autres. D’autres festivités ont eu lieu à la même occasion. Les femmes de l’algérienne des eaux à Tizi-Ouzou ont organisé une cérémonie à la salle des fêtes Tassadit de même que la commission des œuvres sociales d’Algérie Télécom dont la cérémonie a été abritée par le Palais des noces. Au niveau de la wilaya, le wali a présidé une cérémonie en l’honneur des fonctionnaires, de son côté le centre “Lewhi” a fait de même et a organisé plusieurs activités pour fêter le 8 mars. En somme, la femme a été à l’honneur, une journée durant… Des activités, un riche programme… des fleurs, certaines se posent la question déjà de savoir de quoi sera fait demain.

A. Z.

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres