• Auteur:

    ddkabylie

Inspiration, exil et engagement

Posté par ddkabylie le 15 avril 2010

 

16 avril : 48e anniversaire de la mort de Jean El Mouhouv Amrouche
Inspiration, exil et engagement

 » Il est le plus grand poète d’expression française en Algérie, à ce jour inégalé et qui ne souffrirait la comparaison qu’avec un Saint John Perse ou un Aragon « , disait de lui Abdelkrim Djâad (in Ruptures du 17 février 1993). Jean El Mouhouv Amrouche qui a lutté à sa manière pour l’indépendance de l’Algérie mourut le 16 avril 1962, soit un mois après le cessez-le-feu et deux mois et demi avant la fête de l’Indépendance.  » Jean Amrouche compte parmi les premiers intellectuels qui se sont exprimés sur l’Algérie colonisée par la France, et plus particulièrement sur la position de l’intellectuel dans le drame algéro-français « , écrit Tassadit Yacine dans La Tribune du 17 avril 1999. Elle ajoute :  » Autrement dit, Jean Amrouche qui, dans ses écrits, avoue son ambiguïté, va se dire, se dévoiler, car les deux pays dont il se réclame au plan de la culture, et donc de l’identité, vont vivre dans l’affrontement, en particulier après 1954, avec le début de la guerre d’Algérie « .

 Par Amar Naït Messaoud

Poète et essayiste accompli, ayant fréquenté les grands penseurs et écrivains du 20e siècle- il a eu même avec certains d’entre eux (à l’image de Paul Claudel et André Gide) des entretiens radiophoniques devenus historiques- Jean Amrouche était un artisan sincère d’un dialogue franco-algérien. Il agit dans le sens de la modération, mais sera déçu par l’incompréhension, l’intransigeance et les atermoiements des milieux officiels français qui rendent chaque jour un plus intolérable le joug de la domination coloniale qui ligote tout un peuple évoluant rapidement sous le pression des événements. Amrouche se découvre irréductiblement algérien. Déjà, en 1946, cherchant à définir le tempérament maghrébin, il a intitulé son essai sur le génie africain L’Éternel Jugurtha, en référence à l’ennemi des Romains, figure de la résistance et de la révolte.
En 1958, il prend parti avec éclat, mais non sans profond déchirement, pour l’insurrection algérienne par des conférences et de nombreux articles publiés dans la presse. D’après le professeur Henri Lemaître, ses derniers poèmes- des ‘’chants de guerre’’- dénoncent le mirage d’une impossible intégration qui l’a exilé de sa seule patrie, l’Algérie.
Jean El Mouhoub Amrouche est né le 7 février 1906 à Ighil Ali, dans la tribu des Ath Abbas, dans la wilaya de Béjaïa. Avec son style iconoclaste, Abdelkrim Djaâd, issu du même village que la famille Amrouche, parle ainsi de la venue au monde de Jean :  » Février 1906, Fadhma avait gâché cet hiver-là. Ni la récolte satisfaisante d’olives, ni les amandiers qui précocement éclataient en fleurs blanches n’arrivaient à nourrir la chronique. Dans les oliveraies et les chemins vicinaux, à l’estaminet du village et dans l’entrepôt boueux du pressoir, une seule attente préoccupait les paysans madrés et les femmes vipérines. Celle de l’enfant qui va naître. Un monstre attendu qui jaillira d’un ventre infâme. Celui d’une chrétienne kabyle, Fadhma Aït Mansour Amrouche. Une gosse décharnée, bâtarde de son état, qui naquit au siècle dernier sur le versant nord du Djurdjura. Autre enfant de la honte recueillie à l’heure aurorale, sous un olivier noueux, par des Sœurs-Blanches qui la baptisèrent sous le prénom de Marie. Fadhma, enfant illégitime dans une Kabylie bigote, devint donc chrétienne sans le savoir (…) Février 1906, et Ighil Ali attendait dans ce silence enveloppant qui ne fut déchiré que le 7 par les cris d’un enfant nouveau parce qu’il s’appellera Jean et accessoirement El Mouhoub. Premier enfant qui portera un prénom étrange comme une verrue de la grossseur d’une bille sur le visage.
Les Kabyles d’en haut, murés dans l’islam, gémissaient et se lacéraient les joues et la poitrine. Ceux d’en bas, une poignée, promus fraîchement à une chrétienté factuelle, buvaient leur honte en s’en allant tête baissée, par une venelle, vers la petite chapelle qui faisant sonner les mâtines « . 
 
D’Ighil Ali aux sommets des belles-lettres et de la renommée

 
La famille Amrouche émigre à Tunis où le père Belkacem trouva un emploi dans les chemins de fer. Jean entame ses études au collège Allaoui. Par la suite, il entrera à l’École normale de Saint-Cloud. En 1930, il devient professeur et exerce à Sousse où il aura comme élève le grand écrivain juif tunisien Albert Memmi. On trouve, dans un roman de ce dernier, sous le titre La Statue de sel, la trace de Jean Amrouche sous le nom de Marrou. Il donnera des conférences au Cercle de l’Essor à Tunis et liera une forte amitié avec Armand Guibert avec qui il voyagera dans plusieurs pays d’Europe. Guibert publie en 1985 aux éditions Gaston Lachurié à Paris une belle biographie de Jean, riche en renseignements, intitulée Jean Amrouche (1906-1962) par un témoin de sa vie.
En 1943, Jean Amrouche entre au ministère de l’Information à Alger, puis à la Radiodiffusion française. La même année,  sous le patronage d’André Gide, Amrouche fonde avec Lassaigne la revue L’Arche. Il se retrouvera en 1945, directeur littéraire des éditions Charlot et, en 1958, rédacteur en chef du journal parlé de l’ORTF. Dans une émission qu’il animait à la radio sous le titre “Des idées et des hommes’’, il aura des entretiens célèbres et de haute facture avec des écrivains et des penseurs qui ont marqué leur époque, à l’exemple de François Mauriac, Paul Claudel, André Gide, Giuseppe Ungaretti. À cause de ses positions politiques en faveur de l’Algérie combattante, il fut contraint de démissionner des services de la radio en 1959. il servira de médiateur entre le général de Gaulle et Ferhat Abbas, président du GPRA. Mort le 16 avril 1962 d’une leucémie, il fut inhumé à Sargé-sur-Braye, dans le département de Loir-et-Cher.
Dans l’ouvrage collectif Hommes et femmes de Kabylie (Edisud-2001) dirigé par Salem Chaker, Daniel Morella, professeur à l’université de Leyde/INALCO-CRB, écrit à propos de Jean Amrouche : « C’est de sa mère et de sa famille maternelle que lui vient la sensibilité au langage poétique : sa grand-mère Aïni se rattachait à une famille d’aèdes de Taourirt-Moussa-Ouamar, et elle avait transmis à sa fille Fadhma les chants, les poèmes et les contes du pays Zouaoua. Fadhma Amrouche, à son tour, léguera à ses enfants, les chants maternels et ceux des Aït Abbas, le pays de la famille de son mari Belkacem, et quelques-uns du pays des Aït Aïdel où la famille Amrouche avait des biens (…). Le père de Jean qui avait étudié chez les Pères-Blancs et qui s’était converti au catholicisme, fut contraint d’émigrer en Tunisie. En 1910, sa famille le rejoint, mais en raison de la guerre, ils reviennent à Ighil Ali en 1914. L’année suivante, ils retournent à Tunis où Jean étudie au collège de Saint-Cloud ». Professeur à Sousse, puis à Annaba, il commencera à publier des recueils de poèmes.
 
Génitrix et chant du monde

 
Les premiers ouvrages de Jean Amrouche (de 1934 à 1939) sont des recueils de poèmes. Cendres parut en 1934 aux éditions Mirages, à Tunis, dans une plaquette de 68 pages. L’auteur s’y révèle un grand poète racé, vigoureux et d’une esthétique fort élevée. « Amrouche a vécu dans le désarroi, le deuil impossible et les déchirements de l’histoire », écrit Tahar Ben Jelloun dans un article publié par le journal Le Monde.
Aimé Césaire, le grand poète martiniquais aujourd’hui âgé de 94 ans et qui se débat depuis quelques jours contre la mort, dira de Jean Amrouche : « Sa religion s’appelle poésie (…) Il s’agit, au-delà des cruautés et des mensonges, de l’histoire d’être de la poésie. Pour cela, Jean Amrouche traverse par moments le verbe biblique pour s’enraciner dans une terre méditerranéenne acquise depuis les siècles à l’Islam ». A l’occasion de la publication, au milieu des années 1980, des textes de Amrouche réunis sous le titre Lettres de l’absent, Ben Jelloun commente :  » Ses Lettres de l’absent sont une douleur vive qui parle de l’enfant orphelin de père, de mère et de patrie. Il y est souvent question d’amour et de source jaillissante. C’est une sorte de journal de quelqu’un qui a tout perdu et se sent riche de tout ce qui loin de son regard. Il attend pour reconquérir l’enfance et le poème nu « .
En 1937, il publie Étoile secrète, un recueil de poèmes de 100 pages aux éditions Mirages/Les Cahiers de Barbarie, à Tunis.
Son chef-d’œuvre du patrimoine oral, Chants berbères de Kabylie, fut publié en 1939 aux éditions Monomotapa (Tunis). Il s’agit de la traduction de poèmes kabyles chantés, transmis à l’auteur par sa mère, Fadhma Ath Mansour. Ce recueil de poèmes traduits en français continue en quelque sorte les travaux d’un même genre réalisés par des chercheurs ethnologues français ou par des autochtones comme Boulifa, comme il annonce les recherches qui seront faites ultérieurement par Feraoun, Mammeri…, dans le patrimoine oral kabyle. La particularité de l’ouvrage de Jean Amrouche est qu’on n’y trouve pas le texte originel kabyle. C’est grâce aux efforts de Tassadit Yacine que la version kabyle est devenue disponible en même temps que le texte français dans une édition de l’ouvrage chez L’Harmattan en 1986, édition ayant bénéficié d’une préface de Mouloud Mammeri. L’intelligibilité du texte est assurée par des renvois (annotations) réalisés par T.Yacine.
 
Pouvoir d’ébranlement, vertu d’incantation
 
Chants berbères de Kabylie est une œuvre majeure qui allie la sensibilité poétique exacerbée de Amrouche au legs séculaire et authentique de la culture kabyle que lui a laissé comme un testament sa mère, Fadhma Ath Mansour. Daniel Morella écrit à ce sujet : “Si l’on considère les premières publications, on constate que les Chants berbères de Kabylie constituent un moment cardinal de la réflexion de Jean Amrouche sur la poésie, l’oralité et l’écriture et pour sa prise de conscience politique ; réflexion qui, dans l’introduction aux Chants berbères, s’articule en trois axes liés les uns aux autres et motive le choix de présenter aux lecteurs francophones les chants kabyles en traduction. La première motivation relève du poétique et du spirituel : Amrouche écrit que par la beauté et la pureté des chants kabyles en tant que création orale des hommes et des femmes qui “ont chanté à l’unisson du monde’’, on peut toucher à l’unité de la création et de l’être, dont on a été séparé par la civilisation. Le discours poétique et le souffle spirituel ont une portée universelle, mais le lecteur averti y retrouve très clairement la référence à l’histoire et à l’expérience personnelle de l’écrivain. On peut identifier cette référence dès le début de l’introduction : la civilisation (française) a trop souvent pour effet d’éloigner l’homme (Jean Amrouche) de lui-même, de dissiper un certain climat mental et affectif, celui de l’homme qui demeure proche de la terre (kabyle) et qui éprouve, avec la force d’une évidence première, le sentiment que lui-même et sa vie ne sont pas détachés de la vie cosmique’’.
Le passage du particulier à l’universel est confirmé par le texte quand l’écrivain présente la douleur liée à l’absence (l’émigration) d’une paix spécifique, la Kabylie, comme une expression de la douleur existentielle de l’être humain. « La grande douleur de l’homme est d’être et d’être séparé…La mère qui nous a nourris de sa chair, la terre maternelle qui nous recevra, sont les corps qui nous rattachent au non-être, ou si l’on veut, à l’origine ineffable, au tout nous nous sentons cruellement séparés. Ainsi, l’exil et l’absence ne sont que les manifestations dans le temps d’un exil qui les transcende, d’un exil métaphysique. Par-delà le pays natal, par-delà la mère terrestre, il faut percevoir l’ombre faiblement  rayonnante du paradis perdu et l’unité originelle ».
Dans ce passage, la figure maternelle joue un rôle essentiel dans le lien avec le pays natal, spécifique et historique, aussi bien qu’avec l’unité métaphysique de la création.
La motivation poétique, grâce au rôle central de la mère, s’entrelace avec un autre axe du discours : la dimension affective des chants kabyles et leur présentation en termes d’héritage chéri et privé de l’écrivain qui, par la collecte et la traduction, exprime ainsi l’amour porté à sa mère, personnification d’une tradition poétique ancienne et pure : « Je ne saurais pas dire le pouvoir d’ébranlement de sa voix, sa vertu d’incantation », écrit J.Amrouche dans l’introduction). 
Comme l’oiseleur dont parle métaphoriquement Malek Ouary-il capture les oisillons pour les mettre en cage-, Jean Amrouche a recueilli les chants kabyles de sa mère pour les mettre dans cette ‘’cage’’ qu’est la langue française de peur qu’ils ne disparaissent à jamais. C’était aussi une tâche que s’est assignée sa sœur Taos en recueillant de sa mère des contes, des chants et des proverbes qu’elle a consignés dans le célèbre Grain magique. Dans son introduction aux Chants berbères de Kabylie, Jean Amrouche relève l’importance et l’urgence qu’il y avait à fixer ces odes ancestrales. « Il fallait transcrire et traduire ces chants non seulement parce que leur survie tient au souffle de ma mère, mais aussi parce que le pays dont ils portent l’âme est frappé à mort…Déjà, les coutumes de mon pays natal perdent de leur vitalité. Déjà, la hiérarchie des valeurs, plus implicite qu’implicite, que suppose toute civilisation et nécessaire à l’éclosion d’un art, s’écroule. Le peuple kabyle avait pu garder ses franchises contre tous ceux qui l’avaient soumis. Il résiste mal à la victoire mécanicienne. Ses traditions meurent peu à peu, et avec elle, sa poésie. J’ai voulu contribuer à la sauver « .
Jean Amrouche disait que “le poète est celui qui a le don d’Asefru”. Dans les Chants berbères de Kabylie, tout en essayant d’être le moins infidèle possible en matière de traduction, le lecteur averti retrouvera la touche personnelle du translateur faite de magie vernale et de richesse métaphorique.
Ces chants ont permis à Jean Amrouche une nouvelle immersion dans sa culture d’origine, les complaintes et les amours d’Ighil Ali et les airs ancestraux des Ath Douala. « La replongée donne donc à la vie des individus à la fois profondeur et authenticité dans la mesure où ils sentaient confusément que, dans l’ordre existant, l’accession à une réalité sociale ne se pouvait faire qu’au prix d’un renoncement à soi, c’est-à-dire au prix d’une aliénation absolue » (Mouloud Mammeri, Poèmes kabyles anciens).
La reconstitution des poèmes originaux en kabyle par Tassadit Yacine était un travail indispensable et une tâche considérable qui mérite tous les encouragements. L’auteur écrit en introduction : “Après tant d’années écoulées, ces chants ont gardé leur beauté, leur fraîcheur et leur musique. Car, Jean lui-même- et ce n’est pas un hasard-, n’établit pas de distinction entre chanson et poésie : un poème était d’abord musique, et le poète a tenu à nous bercer dans les airs dont il a été lui-même bercé’’. La voix de Fadhma Ath Mansour fait jonction avec la voix d’une terre et d’un peuple. “Mais, avant que j’eusse distingué dans ces chants la voix d’un peuple d’ombres et de vivants, la voix d’une terre et d’un ciel, ils étaient pour moi le mode d’expression singulier, la langue personnelle de ma mère », écrit J.Amrouche en ajoutant : « Elle chante à peine pour elle-même, elle chante surtout pour endormir et raviver perpétuellement une douleur d’autant plus douce qu’elle est sans remède, intimement unie au rythme des gorgées de mort qu’elle aspire. C’est la voie de ma mère, me diriez-vous, et il est naturel que j’en sois obsédé, et qu’elle éveille en moi les échos assoupis de mon enfance, ou les interminables semaines nous nous heurtions à l’absence, à l’exil ou à la mort « .
 
L’Éternel Jugurtha  et la lutte pour l’indépendance
 
C’est dans la prestigieuse revue L’Arche, dans son numéro 13 de février 1946, que Jean Amrouche publia son essai majeur intitulé L’Éternel Jugurtha-propositions sur le génie africain. C’est une forme d’étude où se même sociologie, ethnologie et histoire sur le caractère ‘’rebelle’’ des Maghrébins qui fait qu’ils ont été toujours dans une situation de soumission et de révolte à la fois. C’est la bled Essiba d’Ibn Khaldoun. Le Makhzen représente le pouvoir central avec ses réseaux clientélistes et ses capacités coercitives.
La figure de Jugurtha sert ici de point d’ancrage historique et de métaphore diachronique pour décrire ce caractère fougueux, farouche, insoumis, rebelle, et ce, malgré quelques méprises momentanées ou hallucinations temporaires. « Je sais bien où m’attend Jugurtha, il est partout présent, partout insaisissable ; il n’affirme jamais qui il est que lorsqu’il se dérobe. Il prend toujours le visage d’autrui, mimant à la perfection son langage et ses mœurs, mais tout à coup, les masques tombent et nous voici affrontés au masque premier, le visage nu de Jugurtha, inquiet, aigu, désespérant ».
Jean Amrouche est impressionné par cette nature protéiforme du Maghrébin en général et de l’Algérien en particulier, une nature qui retrouve ses origines dès que les conditions s’y prêtent ou bien dès que Jugurtha les apprêtent. « Nul plus que lui n’est habile à revêtir la livrée d’autrui : mœurs, langage, croyances. Il les adopte tour à tour, il s’y plait, il y respire à l’aise, il oublie ce qu’il est devenu ».
Cet essai est un grand texte s’exprimant presque par paraboles pour décrire le peuples de l’Afrique du Nord qui, même s’il prend temporairement l’habit des colonisateurs-oppresseurs, ne se soumet pas totalement et finit par se libérer des camisoles qui le ligotaient.
Poète et essayiste, Jean Amrouche a aussi travaillé à la radio et dans la presse écrite. Ses entretiens à la radio avec des écrivains et des philosophes de son temps sont classés comme étant des chefs-d’œuvre de la critique littéraire et du dialogue philosophique. Il a aussi publié plusieurs articles dans Le Monde et Le Figaro où il a dénoncé la politique coloniale. Il perdit son poste de rédacteur en chef du journal parlé de la radio suite aux critiques qu’il formula contre coloniale de Michel Debré. Dans une déclaration à Rabat, citée par Tassadit Yacine, Jean Amrouche déclarera : « Je suis Algérien ; c’est un fait de nature. Je me suis toujours senti Algérien. Cela ne veut pas seulement dire que je suis né en Algérie, sur le versant sud de la vallée de la Soummam, en Kabylie, et qu’un certain paysage est plus émouvant, plus parlant pour moi que pour tout autre, fût-il le plus beau du monde. Qu’en ce lieu, j’ai reçu les empreintes primordiales et entendu la première fois une mélodie du langage humain qui constitue, dans les profondeurs de la mémoire, l’archétype de toute musique, de ce que l’Espagne nomme admirablement le chant profond. C’est cela et bien plus l’appartenance ‘’ontologique’’ à un peuple, une communauté, une solidarité étroite de destin et par conséquent une participation totale à ses épreuves, à sa misère, à son humiliation, à sa gloire secrète d’abord, manifeste ensuite, à ses espoirs, à sa volonté de survivre comme peuple et renaître comme nation. J’étais, je suis de ce peuple comme il est mien  » (conférence tenue à Rabat-1958)
 
“Nous voulons habiter notre nom”
 
En pleine tourmente de la guerre de Libération, Jean Amrouche a essayé de jeter les ponts entre les responsables du FLN, principalement Ferhat Abbas, et le général de Gaule. « Les Algériens ne peuvent être pleinement hommes que dans et par la fondation d’une patrie algérienne (…) Il faut comprendre que le peuple algérien n’a pris les armes qu’après avoir épuisé tous les moyens pacifiques de se faire entendre. Que la révolte, expression claire d’une revendication fondamentale s’est vu opposer l’emploi de la force. Qu’aucun homme politique français ne l’a prise en considération et n’a voulu l’entendre comme langage, comme l’expression d’un terrible désespoir et d’une espérance nouvelle », soutenait Jean Amrouche en 1957 déjà.  Dans le poème intitulé Le Combat algérien (1958), J.Amrouche exprime les frustrations, les avanies et les grands espoirs du peuple algérien :
 
On peut battre les volontés
Mater les fiertés les plus dures sur
l’enclume du mépris
On peut assécher les sources profondes
Où l’âme orpheline par mille radicelles invisibles
Suce le lait de la liberté.
(…) Nous voulons habiter notre nom
Vivre ou mourir sur notre terre mère
Nous ne voulons pas d’une patrie marâtre
Et des riches reliefs de ses festins
Nous voulons la patrie de nos pères
La langue de nos pères
La mélodie de nos songes et de nos chants
Sur nos berceaux et sur nos tombes
Nous ne volons pas errer en exil
Dans le présent sans mémoire et sans avenir.
Ici et maintenant, nous voulons,
Libres à jamais sous le soleil, dans le vent, la pluie ou la neige,
Notre patrie, l’Algérie ».
 
L’universitaire Daniel Morella dira de l’auteur de L’Éternel Jugurtha : « L’amour pour le pays natal dans l’activité artistique et journalistique de Jean Amrouche et l’indubitable prestige que son œuvre a conféré à la culture kabyle dans la communauté intellectuelle internationale ont stimulé toute la génération des écrivains et artistes qui, comme lui, ont grandi dans le milieu rural, point de repère pour les générations suivantes, comme le montrent les références à Jean Amrouche dans les œuvres, les études et les entretiens de Malek Ouary, Mouloud Mammeri, Nabil Farès, et maints autres écrivains kabyles ».

Amar Naït Messaoud
iguerifr@yahoo.fr

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres