• Auteur:

    ddkabylie

  • Accueil
  • > Machahu
  • > Farid Ferragui / “Permettre à l’Algérie de se réconcilier avec elle-même”

Farid Ferragui / “Permettre à l’Algérie de se réconcilier avec elle-même”

Posté par ddkabylie le 20 avril 2010

 

Farid Ferragui
“Permettre à l’Algérie de se réconcilier avec elle-même”

La Dépêche de Kabylie : 30 ans après le Printemps berbère, le combat identitaire est-il compromis ?
Farid Ferragui : Pas du tout ! Le combat identitaire n’est pas perdu. 30 ans après le Printemps berbère ; le combat a donné lieu à des acquis pour la langue amazighe. Le pouvoir a fini grâce justement à la résistance de militants sincères ; par lâcher certains acquis.  Tamazight est quand même langue nationale. Cependant, il reste beaucoup à faire pour l’aboutissement du rêve qui a bercé des générations entières de militants. Je suis malheureux de constater par exemple que la langue amazighe n’est pas obligatoire  à l’école.  Tamazight n’évolue certes pas dans le contexte des années 1970 – 1980 du temps de la clandestinité où il était tout simplement risqué d’afficher sa “berbérité”. La langue tamazighte doit justement retrouver la place qui devra être la sienne comme langue officielle en Algérie mais aussi dans tout le Maghrèb. L’Etat doit prendre en charge sérieusement cette langue. Cela se fera à travers une solide formation des formateurs en langue tamazighte. S’éloigner de la médiocrité dont laquelle certains tentent de la confiner et j’insiste sur le fait que cette langue doit être enseignée obligatoirement à l’école. J’espère qu’avec cette démarche, la Nation algérienne  pourra bien se réconcilier avec elle-même.

Nous avons remarqué qu’à chacune de vos sorties, vous ne ratez jamais l’occasion de rendre hommage aux martyrs de la démocratie, à ceux du Printemps noir en particulier …
Et comment les oublier ?  Je ne pourrais jamais oublié ceux qui ont tout donné pour cette Algérie. Ceux qui ont sacrifié leur vie pour la cause. De Imache Amar qui a résisté à partir du Mouvement national de 1924, Benai Ouali aux martyrs de 80 avec Mammeri et les autres militants qui ont enfanté Octobre 1988 pour arriver aux événement du Printemps noir de 2001 qui ont endeuillé la région par la perte de 126 jeunes martyrs. Ces jeunes sont morts pourquoi ? C’est justement pour que l’Algérie puisse vivre dans la justice sociale, la démocratie et le respect des droits de l’Homme. C’est important de ne pas oublier, la moindre des choses c’est de leur rendre l’hommage qu’ils méritent.

Propos recueillis par Omar Zeghni

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres