• Auteur:

    ddkabylie

Aïn El Hammam

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

 

Aïn El Hammam
La grève des fonctionnaires municipaux fortement suivie

La grève des employés communaux de l’APC de Aïn El Hammam a été entamée avec une demi-journée de retard.
L’appel du syndicat qui n’est pas arrivé à temps, serait la cause, nous dit-on, de cette hésitation de lundi matin où les sevices ont fonctionné, normalement. Ce qui n’était pas le cas, durant l’après-midi dès l’annonce de la grève. Les bureaux se sont   vidés de leurs accupants. Sur place, mardi matin, nous avons constaté que le portail de la mairie était fermé et toute entrée interdite, par les grèvistes qui fiasaient le gué.
Ce qui n’a pas empêché quelques fonctionnaires de se faufiler à l’intérieur, pour “rester en poste” disent-ils pour justifier leur présence. Le public par contre, n’a pas été admis à pénétrer dans l’enceinte du siège de l’APC. Les quelques usagers, venus pour se faire délivrer des pièces d’état civil, ont dû repartir bredouille malgré leur insistance auprès des “gardiens”.
La plupart des citoyens semblaient cautionner ce mouvement bien qu’ils trouvent “désolant qu’un service minimum n’ait pas été assuré pour des cas urgents”. C’était semble-t-il, le cas d’un jeune homme, la vingtaine, qui n’arrêtait pas de pester contre ce débrayage. “Je suis venu d’Oran, spécialement pour des extraits de naissance.” Il ne s’attendait pas à ce “contretemps”, annoncé pourtant plusieurs jours auparavant.
Il doit lui aussi, revenir un autre jour. Notons qu’avec la pression qui s’exerce actuellement, sur leur service, les pauvres agents de l’état civil auront fort affaire, à partir de jeudi, jour de reprise du travail.
Si jusqu’à maintenant, ils n’arrivent pas à faire face à la demande, qu’en sera-t-il alors lorsqu’il s’agira de rattraper le retard, accumulé durant trois jours ?

A. O. T.

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Au troisième et dernier jour de grève des employés communaux

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

 

Au troisième et dernier jour de grève des employés communaux
Vers des actions plus radicales

Le débrayage de trois jours initié par le Conseil national du secteur des communaux (CNSC), affilié au Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) a été un franc succès, selon les initiateurs de ce mouvement. Au troisième et dernier jour de la grève des employés communaux, le mouvement de grève s’est élargi gagnant d’autres communes. “Le taux de participation à cette action a connu une augmentation de 10% par rapport au premier jour de la grève”, a expliqué le porte-parole du bureau national du CNSC, M. Ali Yahia.  Pour étayer ses propos, notre interlocuteur dira que le taux de suivi est passé de 70 à 80% à l’échelle nationale. Ceci, selon lui, renseigne sur la prise de conscience des communaux de “la légitimité de leur action et de leur détermination pour arracher leurs droits”. D’après la même source, certaines wilayas ont enregistré un taux de suivi qui a atteint 100%, à l’image de la wilaya de Béjaïa. Dans d’autres wilayas, à l’exemple de Tizi-Ouzou, le taux de suivi varie entre 75 et 80%, alors que dans la wilaya de Bouira, il oscille entre 35 et 40%, et 30 à 35% dans la wilaya de Boumerdès. Cette démobilisation enregistrée dans ces dernières wilayas est due essentiellement, d’après Ali Yahia, aux intimidations et aux menaces de radiation et autres ponctions sur salaire dont ont fait l’objet les communaux grévistes. Il a aussi référé ce problème au niveau d’instruction “limité” de ces travailleurs, étant donné que ces travailleurs ne peuvent revendiquer leurs droits dans la mesure où ils ignorent la loi sur laquelle ils sont censés s’appuyer. En revanche, le porte-parole des communaux a déploré le fait que “jusqu’à l’heure actuelle aucune réponse ne nous ait parvenu de la part des pouvoirs publics”.  Celui-ci a, à cet effet, dénoncé “les menaces et pressions exercées par les responsables locaux et l’administration à l’égard des grévistes dans le but de casser notre mouvement de grève”. “Les contestataires ont subi des menaces directes de ponction sur salaire et radiation et de mutation”, a fait remarqué le porte-parole du CNSC, contacté hier au téléphone. Nonobstant les menaces et les pressions dont ces derniers ont fait l’objet, “les communaux sont plus que jamais déterminés à poursuivre leur combat jusqu’à avoir gain de cause”, a-t-il renchéri. M. Ali Yahia a en outre, fait savoir que son organisation syndicale prendra part au sit-in auquel a appelé le Snapap, et qui se tiendra le 2 mai prochain, devant le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. 
Il compte aussi réunir son conseil national le même jour de la tenue du sit-in, pour évaluer l’état des lieux de ce mouvement de grève de trois jours, et pour décider des suites à donner à cette action. Le porte-parole des communaux promet d’ores et déjà des actions plus radicales afin de valoir leur plate-forme de doléances.

Lemya Ouchenir

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Un camion-citerne s’est renversé hier à Oued Aïssi

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

Un camion-citerne s’est renversé hier à Oued Aïssi
Un mort, gasoil déversé et circulation coupée sur la RN 12

La nouvelle a vite fait le tour de la wilaya de Tizi-Ouzou hier matin. Un camion semi-remorque transportant une citerne de gasoil a dérapé sur la RN 12 au niveau des rond-point jouxtant la cité universitaire de Oued Aïssi.
L’accident a fait un mort. La victime est le conducteur du camion qui était seul dans le véhicule. Selon la cellule de communication de la Protection civile de la wilaya, A. Z. Hacène, 34 ans, a trouvé la mort sur le coup. Impossible de définir les circonstances exactes de l’accident étant donné que celui-ci est intervenu, selon la même source, à 5h50. Il est clair cependant qu’il s’agissait d’un accident spectaculaire. La cabine du camion et la citerne longue de plusieurs mètres, qu’il transportait, se sont complètement renversés. Des quantités importantes de gasoil a été diversées sur la chaussée sur une assez longue distance, rendant ainsi la circulation difficile voire impossible. La Gendarmerie nationale qui a investi les lieux ont fermé le tronçon. Il a fallu toute une armada d’angins, des grue notamment, pour déplacer le camion et la citerne. Il fallait ensuite nettoyer la chaussée du liquide déversé. L’opération a duré toute la matinée d’hier pour dégager la route et rendre la circulation automobile possible, pendant ce temps-là, les pompiers auraient déjà libéré la victime qu’ils ont transféré  vers le CHU de Tizi-Ouzou. Il va sans dire que cette situation a engendré des encombrements énormes à  tel point  que rallier le chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou est devenue mission impossible pour les automobiles venant de la région est de la wilaya, Azazga, Mekla, Tizi Rached, Fréha, Larbaâ Nath  Irathen pour ne citer que ces localités. Ce n’est que vers midi que la voie a été réouverte à la circulation.
Dans l’après-midi, la rue de Tizi ne parlait pas encore que de ce fâcheux événement.
C’est l’énième accident de circulation qui intervient sur la tristement célèbre RN12, plusieurs victimes ont trouvé la mort dans des circonstances pareilles sur cette route qui fait encore parler d’elle. Notons que la victime A. Z. Hacène travaillait au sein de la société Naftal, il était  en partance vers la base de Oued Aïssi avant que l’accident ne l’emporte à la fleur de l’âge.

M. O. B.

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

APC de Taourirt Ighil

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

APC de Taourirt Ighil
Bientôt un mois de paralysie totale, les citoyens sont entre le marteau et l’enclume

Sujet de tous les jours que Dieu fait des habitants des villages relevant de la localité de Taourirt Ighil, dont la fermeture du siège de la mairie est presque sur toutes les lèvres, ce qui laisse les citoyens plus que jamais perplexes. En effet, c’est un vrai dilemme.

Lire la suite… »

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Examens du BEM et du BAC à Tizi-Ouzou

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

Examens du BEM et du BAC à Tizi-Ouzou
Début des épreuves sportives, le 2 mai

Depuis près de dix ans, les épreuves de sport sont devenues obligatoires pour les candidats au BEM et au BAC. Ainsi, tout comme tout ailleurs, l’examen sportif commencera dès ce dimanche dans tous les centres d’examen.
Les commissions chargées d’examiner les candidats sont déjà mises sur sur pied, dès ce deux mai, les candidats à tour de rôle, vont affronter cette discipline avant les autres matières qui auront lieu à partir du premier juin pour le BEM et le six juin pour le BAC. Nous nous sommes rapprochés d’un membre d’une commission qui nous a répondu que le premier jour est consacré pour les élèves de terminale du lycée Ali Mellah, puis les candidats libre. Suivrons ceux du technicum, et les élèves du lycée Saïd Hamdani et enfin ceux du lycée privé Nour El Houda.
Pour notre interlocuteur, ils seront évalués en saut en longueur obligatoire, et en vitesse et lancer du poids. Il faut savoir que cette note attribuée au candidat selon un barême bien déterminés qui prend en compte même l’âge de celui-ci. Et bien sûr, cette note dont le cofficien est 1 est additionnée avec les autres notes.
Seuls les candidats dispensés qui ne sont pas examinés, sinon tout le monde est concerné. En tout cas, ces jeunes sportifs accordent tout de même de l’importance à la discipline car ils obtiennent des notes généralement supérieures à la moyenne lesquelles les aident en cas où ils s’approchaient du dix. “On a constaté un engouement chez les candidats depuis que l’éducation physique est prise en compte dans le décompte total”, a conclu notre interlocuteur.
Bonne chance à tous les candidats avant le jour, notamment pour cette année tant perturbée.

Amar Ouramdane

Publié dans page 2 | Pas de Commentaire »

M’chedallah / Les lycéens débrayent

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

 

M’chedallah
Les lycéens débrayent

Les élèves des lycées d’Aghalou et de Chorfa sont entrés en grève depuis hier matin pour exiger des responsables de l’éducation des mesures exceptionnelles leur donnant plus de chance de chance de réussite dans leurs cursus scolaire, un cursus largement perturbé en raison des grèves récurrentes ayant touché le secteur de l’éducation cette année.
Hier matin, dès 10 h, des centaines d’élèves, tous paliers confondus, scolarisés au niveau du lycée d’Aghalou ont rejoint ceux du Technicum de Chorfa qui en étaient déjà à leur deuxième jour du débrayage.
Par ce débrayage, les lycéens particulièrement ceux des premières et deuxième année du secondaire exigent des responsables du ministère à ce que la moyenne du passage, fixée jusque-là à 10/20, soit revue à la baisse. Un autre point soulevé par les lycéens est celui ayant trait au programme scolaire et aux examens du troisième trimestre.
A ce propos, les élèves demandent également des réponses claires quant aux cours qui seront inclus dans les sujets de ces derniers examens. Quant aux revendications des terminales, elle se résument à la tenue d’une deuxième session du baccalauréat. Par ailleurs, nous avons appris qu’au lycée Zouzamene du chef-lieu de la daïra de M’chedallah, un arrêt de cours d’une heure a été observé par les élèves dans la matinée d’hier. En revanche, à Ben Badis, un autre établissement du secondaire implanté à M’chedallah, les lycéens ont tenté d’organiser une grève mais celle-ci a échoué.
Nous ignorons les raisons ayant fait capoter l’initiative des élèves qui exprimaient les mêmes voeux que les lycéens d’Aghbalou et de Chorfa.
Pour rappel, les examens du deuxième trimestre ne se sont pas tenus dans 25 établissements du secondaire sur les 36 que compte la wilaya de Bouira. Il est possible que ceux du troisième n’aient pas lieu. Il est un peu tôt pour confirmer ou infirmer une telle information. Syndicat Cnapest, cependant, a déposé le un préavis de gel des examens au niveau de la DE au début du mois en cours. Ainsi, la tenue des ces examens est conditionnée par la satisfaction ou non des revendications soulevées par le Cnapest.     

  Djamel M.

Publié dans page 2 | Pas de Commentaire »

9e anniversaire de l’assassinat du jeune Meziani M’hena

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

9e anniversaire de l’assassinat du jeune Meziani M’hena
Illoula rend hommage à son enfant

Illoula Oumalou n’a pas oublié son fils tombé en martyr sous les balles de la gendarmerie lors des évènements du Printemps 2001. Il s’agit du feu Meziani M’heuni qui a été assassiné un certain 28 avril 2001. Celui-ci a été ressuscité hier à travers une grandiose marche organisée en sa mémoire à l’occasion du 9e anniversaire de sa mort. La marche a été suivie par le dépôt de gerbe de fleurs au niveau du lieu de son assassinat, à quatre kilomètres du chef-lieu de la commune. Les participants à cette marche ont parcouru cette distance avant de se recueillir sur “les lieux du crime”. La manifestation a connu une forte mobilisation des lycéens et collégiens notamment qui ont tenu à rendre un vibrant hommage à M’heuni Meziani. 

M. O. B.

Publié dans page 2 | Pas de Commentaire »

Nouveau-Lycée de Maâtkas

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

Nouveau-Lycée de Maâtkas
Les élèves de 1re et de 2e AS en grève

Bon nombre d’élèves de 1e AS ont boudé les bancs du lycée depuis dimanche passé. Au 3e jour de cette grève, plus de 60% des élèves de ces deux niveaux sont toujours en grève malgré les efforts du proviseur qui a tenté a plusieurs reprises de convaincre ses élèves de reprendre les cours.

Lire la suite… »

Publié dans page 2 | Pas de Commentaire »

Nouveau-Lycée de Maâtkas

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

Nouveau-Lycée de Maâtkas
Les élèves de 1re et de 2e AS en grève

Bon nombre d’élèves de 1e AS ont boudé les bancs du lycée depuis dimanche passé. Au 3e jour de cette grève, plus de 60% des élèves de ces deux niveaux sont toujours en grève malgré les efforts du proviseur qui a tenté a plusieurs reprises de convaincre ses élèves de reprendre les cours.

Lire la suite… »

Publié dans page 2 | Pas de Commentaire »

L’Université algérienne face aux impératifs de la recherche scientifique

Posté par ddkabylie le 27 avril 2010

L’Université algérienne face aux impératifs de la recherche scientifique
Comment sortir de la zone d’incertitudes ?

Les remous et autres irrégularités de fonctionnement qui grèvent l’université algérienne ne sont pas toujours liés à l’aspect pédagogique des programmes bien que, depuis le lancement de la formule LMD, quelques observations ou critiques aient pour objet la prise en charge de l’enseignement des modules et leur imbrication dans un cursus universitaire qui voudrait se donner les ambitions de la performance et de la compétence. Les aléas extra-pédagogiques, où se rejoignent, comme dans un condensé du chaudron de la société algérienne tout entière, les questions sociales et de pure intendance, les motivations politiques et les contradictions culturelles-ont fini par prendre en otage l’université et la projeter dans la zone des incertitudes.

Lire la suite… »

Publié dans page 6 | Pas de Commentaire »

123456...90
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres