• Auteur:

    ddkabylie

  • Accueil
  • > page 5
  • > La SNVI intervient désormais pour développer la sous-traitance

La SNVI intervient désormais pour développer la sous-traitance

Posté par ddkabylie le 4 mai 2010

Dans le but d’encadrer le potentiel industriel national
La SNVI intervient désormais pour développer la sous-traitance

La sous-traitance est l’une des priorités de la Société nationale de véhicules industriels (SNVI), cette action avait été favorisée à partir de 2000. A cette époque, cette société avait seulement une dizaine d’entreprises de la sous-traitance, ce nombre a été élevé actuellement à 500 entreprises qui se répartissent en plusieurs familles de produits telles que la production, l’alimentation des chaînes de montage, la sous-traitance de capacités ainsi que la sous-traitance technologique.
S’exprimant hier sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, M. Mokhtar Chahboub, P-DG de la SNVI, a expliqué : “Nous intervenons pour développer la sous-traitance et nous travaillons d’une manière soutenue au sein de l’Union des producteurs de l’industrie de l’automobile et de la mécanique (Upiam).”
Celui-ci a tenu à dire que son organisme active dans le but de soutenir et d’encadrer le potentiel industriel réparti sur le territoire national pour la mise en place d’un tissu industriel à même de répondre aux besoins de l’industrie nationale. Et d’enchaîner : “Durant ces dix dernières années, nous avons mis sur le marché plus de 5 000 références pour la plupart des produits que nous importons”, a-t-il précisé.
Rappelons toutefois que ladite société fait partie de la commission de réflexion mise sur pied par le Conseil national économique et social (CNES) qui vise à établir une véritable stratégie en matière de sous-traitance dans le pays.
S’agissant des  aspects à prendre en considération en cette matière, l’invité a cité l’encadrement qui vise à trouver la manière de soutenir le potentiel national existant et inciter à la création de petites et moyennes entreprises (PME) car la quasi totalité des sous-traitants est composée de ces entités.
Evoquant les problèmes des sous-traitants en Algérie, l’interlocuteur a affirmé que “ces problèmes sont administratifs et financiers. Il y a également le problème de la non-maîtrise par les sous-traitants de la technologie, l’accès à la certification, le recrutement d’un personnel qualifié et le management des PME”.
Dans ce cadre, la SNVI a fait un recensement exhaustif de l’ensemble des contraintes auxquelles sont confrontés les sous-traitants, et ce dans le but de faire face à ces problèmes.
Interrogé sur le nombre des sous-traitants qui travaillent au niveau de cette société, son P-DG a précisé qu’“ils sont près de 600 travailleurs qui interviennent dans différents domaines d’activité de sous-traitance, 120 d’entre eux pourraient devenir à court et moyen terme des sous-traitants qui pourraient même se consacrer à l’exportation”.
A une question sur les coûts de la sous-traitance, la même source a indiqué que, sur les 8 milliards de DA d’inputs importés en 2008, 3,7 milliards ont été sous-traités localement. Tandis qu’en 2009, sur 6,9 milliards de DA d’importation, 4,3 milliards ont été achetés localement. “Cela montre l’évolution positive que nous enregistrons en cette matière”, a-t-il ajouté.
 

M.A.Yahoui

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres