• Auteur:

    ddkabylie

Des crimes inoubliables

Posté par ddkabylie le 7 mai 2010

 

Des crimes inoubliables

Le 8 Mai 1945, ne fut pas un mardi comme les autres, un jour de marché hebdomadaire. Les personnes massacrées, ne furent pas pour  différence d’opinons, mais à cause d’un idéal, la fut célébré, dans ses derniers instants de capitulation de l’etat-major allemand, il fut la fin de la Seconde  Guerre mondiale, ceci pour les Européens, mais pour d’autres, en Algérie, et particulièrement à Sétif, Guelma et Kherrata, et un peu partout, ce fut à la fête dans l’atrocité d’une colonisation et d’un impérialisme qui ne venaient en ce 8  mai, qu’annoncer le plan de redressement des volontés farouches et éprises de ce salut libertaire et la riposte fut sanglante. A Sétif, elle s’est généralisée. Elle allait toucher tout le pays durant tout le mois de mai.
L’Algérie s’embrasait sous les feux brûlants du printemps 1945, le 8  mai correspond aussi à l’un des moments les plus sanglants de l’histoire nationale. La répression colonialiste venait d’y faire ses premiers accrocs face à une population farouchement déterminée à se hisser aux nobles idéaux de paix et d’indépendance. Ils ne pouvaient se circonscrire dans une dimension du simple “événement” ou “incident”.
Le 8 Mai avait ébranlé la puissance coloniale mais la répression était atroce. A Sétif, Guelma, Kherrata, de terribles massacres ont été exécutés. L’armée coloniale fusille, exécuté, torture et viole tandis que l’aviation et la marine bombardent les villages. A Guelma, les B23 ont mitraillé des journées entières, tout ce qui bougeait. A Kherrata, ce furent des familles entières que l’on jetait du haut des précipices. Des dizaines de milliers de morts, des milliers de blessés, et d’emprisonnés sont  envoyés dans les camps.
Un appel des plus pathétiques se laisserait entendre par ceux-là mêmes qui ont pu déclencher la genèse de Mai 45, pour exalter que le nationalisme n’est pas une profession de foi, il n’est plus un droit de détention, d’un bout d’une carte nationale d’identité ou d’une attestation de participation.
C’est un comportement, un esprit, une pieuse pensée et une profonde réflexion, Mai ou Novembre, à l’instar de tant d’attributs historiques, l’administration se retirait de l’organisation de ces fêtes, tous les  jours se ressemblent.
Il n’y aurait plus de “commémoration”, donc par utilité historique faisons-le, au moins, au bon endroit, à bon escient et pas à l’envers de l’objet du message.
L’oubli et la désuétude, alors qu’elle est la meilleure méditation que l’on puisse faire face à ces tragiques “incidents” ? Ne pas oublier, se souvenir, en parler et écrire les faits dans leurs profonds détails. En un mot, se souvenir reste quand bien même une bonne expression de solution. Une reconnaissance méritoire pour autrui.

Smail Chenouf

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres