• Auteur:

    ddkabylie

  • Accueil
  • > page 2
  • > Messaoud Belambri, président du bureau national du Snapo

Messaoud Belambri, président du bureau national du Snapo

Posté par ddkabylie le 16 mai 2010

 

Messaoud Belambri, président du bureau national du Snapo
Il faut des mesures incitatives à la promotion du générique

 

 

La Dépêche de Kabylie : Quel est l’objectif de cette journée ?
Messaoud Belambri : En plus du fait qu’elle rentre dans le cadre de notre formation continue, cette journée nous a permis de traiter des dossiers très importants, tel que celui de l’utilisation du médicament générique. Ainsi des explications ont été données quant à son utilisation d’autant plus que notre politique nationale en la matière est basée sur l’encouragement de l’utilisation du générique et de la production nationale.

Donc, vous adhérez à cette option économique ?
Absolument mais dans tous les pays où on a voulu encourager le générique, on a adopté des mesures incitatives à la promotion du générique en plus d’un nouveau système de marge qui doit être instauré, tout au moins à ces produits.

Pourquoi ? Les marges ne sont pas importantes ?
La fourchette actuelle se situe entre 20 et 30% et le décret ayant institué cela remonte à l’année 1998.
Donc, en plus des marges, nous avons eu des contacts avec l’administration fiscale pour accorder des facilités ou des mesures fiscales pour encourager le produit local et le produit spécifique, bien entendu et pour les producteurs et pour les pharmaciens.

Les médicaments génériques sont-ils aussi  efficaces que les princeps ?
Absolument. La qualité du médicament est imposée par certains outils juridiques qui existent que le médicament générique soi’t l’équivalent biologique et thérapeutique du princeps.

Il y a eu et il y aura toujours des pénuries de médicaments…
En notre qualité de syndicat des pharmaciens, nous avons fait notre travail en signalant à chaque fois toute pénurie au ministère et ceci de manière régulière. D’ailleurs en ce moment les services du ministère sont en train d’enquêter pour connaître les raisons de ces pénuries comme pour celles actuelles et qui concernant le corticoïde injectable ou encore la pilule contraceptive.
D’une manière globale, les disponibilités et les pénuries sont irrégulières et les importateurs avancent des fois des lenteurs dans la signature des programmes ou encore certaines procédures administratives du Credoc.

Les pharmaciens sont toujours conditionnés par les journées et horaires d’ouverture, pourquoi ?
Depuis 1996, un décret a organisé les gardes et horaires de travail des officines mais depuis le changement du week-end, il y a eu un projet de décret qui réorganisera tout cela en prenant en considération la situation géographique et l’importance des agglomérations.

Entretien réalisé par A. Gana

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres