• Auteur:

    ddkabylie

Lakhdaria / Les sans-emploi boudent l’Alem

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

Lakhdaria
Les sans-emploi boudent l’Alem

Dans un précédent papier consacré à ce sujet beaucoup de visiteurs rencontrés sur le lieu même ont déploré la prédominance de l’offre d’emploi proposée aux  jeunes diplômes des universités, et autres instituts supérieurs, comparée à celle s’adressant aux diplômés des CFPA, ainsi qu’à la main d’œuvre sans qualification. De l’avis d’un bon nombre d’entre-eux, cela pourrait constituer la raison de leur éloignement de l’ALEM.

Pourtant, ce n’est pas le travail qui manque à l’ALEM (Agence locale de l’emploi de la main d’œuvre), laquelle en plus des demandes qu’elle doit enregistrer et afficher dans ses locaux, n’est autre que l’un des acteurs chargés de l’exécution des dispositions mis en place par l’Etat en direction des sans-emploi. Par exemple, concernant le dispositif CNAS, c’est l’ALEM qui délivre le carton bleu où est mentionnée la date d’enregistrement de la demande que l’intéresse devra présenter après 6 mois d’attente à la caisse afin que cette dernière enclenche l’étude de son dossier.
Ceci, tout juste pour dire qu’il y a à peine de cela une  année, l’ALEM de Lakhdari ne chômait pas, elle grouillait au contraire bien de jeunes de Boukram, Boulerbah, Maâla, Zberber et Bouzegza, enthousiasmés par l’idée de trouver un boulot chez un employeur du secteur public, ou privé. “Ils venaient tellement nombreux, à faire la chaîne partant du rez-de-chaussée jusqu’au palier du 1er étage”, dira un responsable de l’une des unités partageant le même niveau que l’ALEM. “L’engouement dépassait les capacités d’accueil de l’agence, et ceci nous gênait par la même occasion pour accéder à nos bureaux”, poursuit-il.  Cependant, aussi étonnant que cela puisse paraître, les affluences qu’on a pris habitude de voir à cet endroit de la rue Lakhdari ne s’enregistrent plus maintenant devant le siège de l’ALEM, un détail qui a attiré notre attention il y a quelques mois déjà, et que n’a pas oublié de mentionner notre interlocuteur. “En effet, il n y a pas autant de visiteurs qu’avant”.
Dans un précédent papier consacré à ce sujet beaucoup de visiteurs rencontrés sur le lieu même ont déploré la prédominance de l’offre d’emploi proposée aux  jeunes diplômes des universités, et autres instituts supérieurs, comparée à celle s’adressant aux diplômés des CFPA, ainsi qu’à la main d’œuvre sans qualification.
De l’avis d’un bon nombre d’entre-eux, cela pourrait constituer la raison de leur éloignement de l’ALEM. Pour palier à cette information que ne détient que cet établissement étatique vers lesquels ils ne se déplacent plus hélas, les sans- emploi dit-on ici et là préféreraient se rendre sur les lieux d’implantation des unités, au chantier, afin d’obtenir l’information.
Une chose est sûre, l’ALEM de Lakhdaria n’est plus sollicitée tout à coup comme autrefois, une tranche de la population la plus “représentative” manque à l’appel, c’est ce qui donne l’impression qu’on l’a désertée.

 A. Chérif

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres