• Auteur:

    ddkabylie

Saharidj Aggache / Danger sur la ligne basse tension

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

Saharidj Aggache
Danger sur la ligne basse tension

Ces branches qui couvrent la ligne électrique s’expliquent par le fait, qu’elles n’ont pas été taillées depuis plus d’une année, et cela, pour diverses raisons, telle l’absence prolongée du propriétaire ou encore du fait que de nombreux oliviers n’ayant pas produit de récolte l’année passée n’ont été ni inspectés ni entretenus par leurs propriétaires.

Le dangers d’un ou de plusieurs courts-circuits plane et se précise sur la ligne de distribution d’électricité de basse tension au village Aggache, cette ligne au dessous de laquelle se trouvent des rangées d’oliviers disparaît par endroits à l’intérieur même des nouvelles branches, particulièrement celles dénommées les “gourmands” qui n’ont pas été coupées durant la saison oléiculture de l’année dernière, ni par les propriétaires ni par Sonelgaz dont le rôle est de veiller d’abord, sur l’entretien et le bon fonctionnement de ses infrastructures avant d’ester ses abonnés en justice pour non payement des factures de consommation. Le “non” peut être remplacé par “retard”, un retard dû à la précarité sociale fort apparente chez de nombreux consommateurs d’électricité. La pluviométrie largement suffisante a entraîné une fulgurante reprise végétale qui se signale par une croissance spectaculaire du tissus vert et de l’arboriculture ; ces branches (gourmandes) s’étirent verticalement à une moyenne de 30 cm par mois, des branches qui peuvent atteindre entre 8 à 10 m de hauteur par année.
Ces branches qui couvrent la ligne électrique s’expliquent par le fait, qu’elles n’ont pas été taillées depuis plus d’une année, et cela, pour diverses raisons, telle l’absence prolongée du propriétaire ou encore du fait que de nombreux oliviers n’ayant pas produit de récolte l’année passée n’ont été ni inspectés ni entretenus par leurs propriétaires.
La première réaction des agents de Sonelgaz auxquels nous avions signalé ce danger qui plane sur leurs équipements et par ricochet sur tout le village est de savoir si les propriétaires de ces oliviers ne s’opposeront pas à ce que ces branches qui présentent un véritable danger, en soient coupées. Et dans le cas où ils s’opposeraient, qui en serait responsable, en cas d’accident ? Telle est la question qui taraude notre esprit, ce qui freine de nombreux projets d’utilité publique et qui est en phase de se généraliser à tous les secteurs ; des positions qui si elles n’annulent pas carrément un projet de développement, lui causent d’énormes retards. De plus, dans le cas de cette ligne électrique du village Aggache, il s’agit d’une urgence qu’il y a lieu de prendre en charge, sans s’encombrer des formalités ou d’enquêtes commodo incommodo.
Chaque journée de retard augmente le danger sachant qu’il s’agit d’une ligne de distribution qui frôle de nombreuses habitations ; il est facile d’imaginer les conséquences d’un court-circuit, de plus les fils en cuivre de cette ligne commenceront à se dilater avec l’arrivée de la chaleur, ces quatre lignes sont réalisées dans le sens vertical les unes au dessus des autres, la ligne du bas soutenu par les branches finira par entrer en contact avec celles d’en haut et le court-circuit serait inévitable, les dégâts aussi. Espérons que les responsables locaux de Sonelgaz surmontent cet argument non fondé sinon ridicule et fassent le nécessaire avant que “l’irréparable” ne se produise.

Oulaid Soualah

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres