• Auteur:

    ddkabylie

  • Accueil
  • > page 4
  • > Séminaire international sur la pollution marine par les hydrocarbures à Alger

Séminaire international sur la pollution marine par les hydrocarbures à Alger

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

Séminaire international sur la pollution marine par les hydrocarbures à Alger
Les experts plaident pour la préservation des régions maritimes vulnérables

Dans le cadre du mois du patrimoine qui se tient du 18 avril au 18 mai et en partenariat avec la direction de la culture et de la Maison de la culture de Béjaïa, l’association Taous et Jean El Mouhoub Amrouche d’Ighil Ali, organise les 16, 17 et 18 mai une composition qui a trait aux différentes facettes culturelles, artisanales, culinaires, agricoles et architecturales de la région des Ath Abbè s.
Le but de l’exposition, qui a commencé hier à la Maison de la culture, indique la présidente de l’association, Mme Sebbane Hassina, est de sauver des assauts du temps le patrimoine culturel de la région d’Ighil Ali, ou du moins ce qu’il en reste. Car, ajoute le vice-président de l’association, en peuple qui a perdu sa culture ne sait pas où il va et risque de s’égarer. Et il précise que c’est grâce aux jeunes bénévoles et motivés du village, jaloux de leur identité, que ce patrimoine culturel des Ath Abbès sera sauvé de l’oubli.
C’est donc à une visite du passé d’Ighil Ali et de sa région que sont conviés les visiteurs de l’exposition. La manifestation consiste en fait en une exposition dans le hall et dans le patio de la Maison de la culture, des outils ulisés en agriculture traditionnelle, de tout ce qui est  en rapport avec le travail de la laine et autres travaux d’artisanat comme la sellerie ou la vannerie entre autres. Par ailleurs, un bon point est à attribuer à M. Hammoudi, photographe de son état qui a réalisé un excellent CD sur la région d’Ighil Ali. Sa projection permet une agréable visite virtuelle de toute la région d’Aït Abbès. Il montre notamment, une huilerie traditionnelle dont le meule est tirée par une bête de somme, l’architecture kabyle avec les charpentes faites de bois dégrossi et de roseaux sur lequels reposent les tuiles, les fuites d’aération pratiquées dans les murs qui évitent aux habitants les asphyxies au monoxyde de carbone malgré le kanounes. Allumés en permanence pour se chauffer ou pour faire cuire les aliments. Les marchés hebdomadaires où les gens se rencontrent ainsi que bien d’autres sites très agréables à découvrir.
Quant au troisième jour de l’exposition, Mme Sebbane a indiqué qu’il est réservé à la présentation et à la dégustation de plats culinaires traditionnels cuisinés dans la région et dressés dans des ustensiles de l’époque.

B. Mouhoub

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres