• Auteur:

    ddkabylie

Bgayet Environnement

Posté par ddkabylie le 21 mai 2010

Bgayet   Environnement
L’EPB se dote d’un bateau dépollueur

Certifiée ISO 14000 depuis près de quatre ans, l’Entreprise portuaire de Bgayet veut mettre des réalités sous les mots. Cette certification que renvoie au management et surtout à l’environnement, est aujourd’hui chose faite par l’acquisition d’un bateau dépollueur capable de stocker quelque 1200 kg de gros déchets et 27 m3 d’hydrocarbures.
Acquis auprès du Français Ecoceane, le bateau qui est actuellement en phase de dédouanement, sera voué au nettoyage du bassin du port, à la collecte des déchets et des souillures  et à l’appoint aux opérations de secours en rapport avec l’environnement. Doté d’un godet long de 9,90 m pour une largeur de 2,50 m, l’embarcation peut atteindre une vitesse de 9 nœuds en déplacement et 1,5 nœuds en opération.

B. B.

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

Melbou / Ouverture d’une nouvelle plage à Tiksert

Posté par ddkabylie le 21 mai 2010

 

Melbou
Ouverture d’une nouvelle plage à Tiksert

L’exploitation des sites historiques et touristiques dans la commune de Melbou, petite ville touristique au nord-est de Bgayet, est tant espérée par ses habitants qui estiment, entre autres, que cela contribuera non seulement au développement économique de la commune mais allégera aussi leurs inquiétudes, notamment celui des jeunes chômeurs par la création de postes d’emplois.  Cela en fait, ne va plus durer, puisque la commune vient enfin de faire un pas en avant en bénéficiant d’un important projet d’ouverture d’une nouvelle plage au grand bonheur de la population locale et ses fidèles touristes qui lui viennent des quatre coins du pays, apprend-on d’une source sûre. Il s’agit d’une des meilleures plages de la corniche d’or, à Tiksert, une localité  située à 10 km au nord du chef-lieu communal. En effet, après le travail réalisé par la commission mixte APW Direction du tourisme, une décision officielle a été prise pour l’aménagement d’un des plus beaux sites touristiques du littoral, dans la localité de Tiksert aux limites avec la commune Ziama – Mansouriah (jijell). Ce choix n’est certainement pas fortuit puisque l’on a constaté que cet endroit paradisiaque, calme est entouré de montagnes, et dont son sable rouge attirait un nombre assez important de touristes, chaque année. Pour les besoins de ce grand projet, une importante enveloppe financière a été dégagée, dans le cadre du budget de wilaya. L’accord étant signé par les propriétaires des terrains avec l’APC, l’entreprise réalisatrice, retenue, a lancé les travaux d’ouverture d’un axé qui facilitera certainement, entre autre, le passage des promeneurs.  Reste que son ouverture officille pour l’autorisation à la baignade nécessite un dispositif d’accueil, et sécuritaire, important pour assurer de bons services. Elle ne sera pas prête en tous cas pour cette année, mais certainement pour la prochaine saison estivale. Ce grand projet de grande envergure contribuera par ailleurs au développement local de la commune, en attendant l’exploitation d’autres sites plus au moins intéressant à l’image de “gart durar” (entre les montagnes) situé à l’ouest du village.

B. B.

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

Akbou / Quel avenir pour les classes “sport et études ?”

Posté par ddkabylie le 21 mai 2010

Akbou
Quel avenir pour les classes “sport et études ?”

Le volume horaire est quasi similaire à celui des autres classes alors que l’enseignement fait l’impasse sur certaines disciplines comme Tamazight et la musique, de même que les cours de rattrapage sont passés à la trappe, ce qui ne va pas sans poser de problème de mise à niveau pour les apprenants en difficulté.

Lire la suite… »

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

Brèves d’Ouzellaguen…

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

 

252 logements RHP en voie de lancement

Un projet de réalisation de 252 logements destinés à la résorption de l’habitat précaire (RHP) est en passe d’être lancé à Ouzellaguen, apprend-on des responsables de la municipalité. En effet, selon le vice-président de l’APC, les entreprises devant prendre en charge les travaux sont déjà retenues. Les logements seront érigés sur 5 sites, dont 72 à la cité Si Nacer, 40 à l’ex camp, 40 à la cité Chouhada, 90 à Helouane et 10 à proximité de la salle de cinéma.

Des familles menacées d’expulsion

Une opérations d’assainissement du parc immobilier communal a été entreprise par les responsables de la municipalité. Objectif : récupérer tous les logements occupés de manière irrégulière par les bénéficiaires. Selon le premier magistrat de la commune, la justice est appelée à statuer sur le cas de 24 logements dont les occupants ont refusé de restituer les clefs.

Un bloc administratif en chantier

 Un bloc administratif est en cours de réalisation à Ighzer-Amokrane. Lancé fin 2009, le projet implanté à proximité de l’agence Badr, en est à sa phase de “gros œuvres”. La réalisation est couverte par les ressources propres de la municipalité. “Ce projet coûtera à la collectivité entre 20 à 23 million de DA”, estime M. Bakhous, un élu local.

N. Maouche

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

Aït Smaïl / Les maraîchers revivent

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

Aït Smaïl
Les maraîchers revivent

L’activité agricole a connu une extension importante durant ces dernières années, avec l’ouverture de pistes agricoles rendant l’accès facile vers les coins les plus reculés et les plus rudes à emprunter, permettant ainsi à beaucoup de paysans de défricher plusieurs terrains en y cultivant notamment les oliviers et les figuiers réputés pour leur qualité gustative dont la production est assez importante et devient de plus en plus une ressource saisonnière, donc non négligeable. Ainsi, toute activité agricole dans la région est caractérisée globalement par des exploitations familiales à objectifs divers, les plus chanceux détiennent des superficies cultivables leur donnant des productions suffisantes allant au-delà de l’autosuffisance et qui sont destinées à la vente. Et pour d’autres exploitants agricoles, notons que ça se limite juste pour des besoins de consommation avec une variété d’espèces maraîchers alternées d’une saison à une autre. La gent féminine a toujours participé avec une volonté indéfectible en se spécialisant dans les jardins potagers où l’on cultive des produits maraîchères, notamment l’agriculture bio à 100%, loin de l’usage des engrais et des prsticides, ce qui dénote de la bonne prise de conscience des agriculteurs sur les effets néfastes de ces produits chimiques sur la santé des consommateurs. Outre, la culture oléicole qui occupe une part importante, sur l’ensemble du patrimoine arboré, on y trouve des vergers de toutes espèces, des vignes s’accrochant aux maisons en pose de treilles, sans autant oublier la culture du tabac et de la fenaison pour le bétail que beaucoup de fellahs s’apprêtent à accueillir aux premiers jours du mois de juin.

Mustapha Safer

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

Béni Maouche / Quand l’eau vient à manquer

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

 

Béni Maouche
Quand l’eau vient à manquer

Une sévère crise d’eau potable qui a tendance à s’inscrire dans la durée, sévit dans la commune de Béni Maouche. “Aucune localité n’est épargnée par la pénurie d’eau. Il y a des foyers qui ne sont alimentés qu’une fois par semaine, quant aux moins chanceux, ils ne voient le précieux liquide couler de leurs robinets qu’une fois par quinze jours”, nous dira sur une pointe d’amertume M. Laidaoui le premier magistrat de la commune.
“Dans les villages, la situation aurait été plus dramatique n’étaient les fontaines publiques qui approvisionnement les habitants et permettent ainsi d’atténuer l’incidence de la crise”, ajoute-t-il.
“Cela fait belle lurette que nous ne comptons plus sur l’eau du robinet. Ici comme ailleurs-il vaut mieux posséder une monture pour s’approvisionner à partir des sources naturelles, car la corvée d’eau est obligatoire”, lâche flegmatique, un habitant du village Aguemoune, l’un des  plus peuplés de Béni Maouche.
Pour suppléer la carence d’eau, le P/APC de Béni Maouche avoue que les établissements scolaires sont souvent alimentés grâce à des citernes. “C’est la seule alternative en attendant la normalisation de la situation”, estime-t-il. “Quant vous avez près de 75 % du volume d’eau pompée qui se déverse dans la nature, vous vous imaginez aisément le résultat à l’arrivée”, se lamente le maire. Selon le P/APC, les services de la municipalité s’évertuant en permanence mais sans trop d’efficacité à réparer la conduite de refoulement sujette à de grosses fuites d’eau. “Nous avons une équipe de soudeurs qui est tout le temps mobilisée mais sans grand succès”, constate le maire.
Au sujet de cette conduite longue de 12 km et réalisée depuis l’année 1992, un tronçon d’un km a fait l’objet d’une réfection en 2008 sur les PCD.
“Nous attendons la concrétisation de la promesse de la direction de l’hydraulique de prendre en charge le tronçon restant. C’est l’unique solution pour mettre un terme à la crise d’eau”, suggère le maire.

 

 N. Maouche

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

Chemini / Le CFPA, plus de bas que de hauts !

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

Chemini
Le CFPA, plus de bas que de hauts !

Un seul véhicule de service est disponible sur le parking mais, le mal c’est “qu’il est souvent en panne !”, avoue le directeur. A l’érosion de la cour zébrée par une multitude nids-de-poule, la clôture offre par endroit, un visage désespérant ! Déglinguée, fissurée, or « nous avons reconstruit bien des morceaux du mur mais ce n’est guère suffisant et les moyens financiers font sévèrement défaut », déplore le directeur.

Lire la suite… »

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

Takerietz / Pour qui sonne le glas ?

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

 

Takerietz
Pour qui sonne le glas ?

La parcelle est excentrée loin de la route nationale, d’où une fumée s’élève dans l’air comme le génie sortant de la gangue, relevant des histoires des Mille et Une Nuits. Vue de loin, on oserait parier jusqu’à sa chemise qu’il s’agit d’un pique-nique plantureux rehaussé d’un barbecue fumant derrière des vergers verdoyants et dandinant sous l’effet du vent.
En fait, à l’aile lointaine de Takerietz mitoyenne de la rive droite de la rivière Soummam, un petit feu consume le gigantesque amoncellement de détritus de toutes sortes qui s’étalent sur des centaines de mètres sur une terre sablonneuse et par endroits à même l’eau coulante, qui suit des méandres répugnants et jonchés de crasses.
Cette configuration guère respectueuse des normes sanitaires menace quotidiennement l’entourage immédiat. « Nos enfants asthmatiques ne peuvent plus supporter les émanations dues à la combustion des déchets, la fumée est toxique ! », dira un des habitants de la localité.  Les grains d’olives sortis des huileries, la ferraille par tonnes, les sacs en plastique par milliers, le verre et le bois sont entre autres les matières qui marquent leur présence de façon immensément dommageable pour l’activité oléicole chère aux riverains. Plus loin, les semences prennent un coup de massue permanent, avec des récoltes qui laissent à désirer. « Cela fait des années que la production du foin, d’orge, de blé, de fève a baissé, gémit un agriculteur du coin. Pour la saison d’été, la pastèque et le melon ne figurent que rarement dans nos prévisions. La terre est vilipendée, l’air est irrespirable, à quoi bon travailler ? »  Les nappes souterraines dont regorge la région alimentent des milliers d’habitants et les multiples forages qui datent de l’ère coloniale ne sont guère loin des fameuses décharges dont les infiltrations toxiques plongent aux abîmes des nappes ; à coup sûr, cette « accointance surnaturelle » ne saura tarder à donner des effets néfastes et vertigineux. Après s’être attaqué à la flore, la faune a déserté le périmètre depuis des lustres.
« Les bêtes refusent de brouter quoi que ce soit », déplore un berger de passage. Les gens répugnent à venir investir sur ces lieux, même ceux qui espèrent monter des poulaillers, n’ont veulent plus. Maintenant, c’est l’eau potable qui se trouve sous la menace. Les poissons devraient prier un Dieu conscient de leurs malheurs et les hommes attendront leur purgatoire à une heure où, quand le glas sonnerait, il serait inutile de vociférer ses remords.  La rivière de la Soummam est une mamelle qui mérite les meilleurs soins, et cependant, ce sont nos déchets qui ornent ces méandres comme un serpent qui s’enroule autour du cou de son bienfaiteur et qu’il remercie hélas, par des morsures vénéneuses ! 

T. D.

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

Adekar, 23 villages concernés par l’opération

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

Adekar, 23 villages concernés par l’opération
Campagne de vaccination contre la rage

La rage est une maladie très grave et contagieuse, transmissible généralement de façon imprévisible par la morsure de certains animaux réputés comme étant des vecteurs principaux de cette pathologie, notamment les chiens et les chats.
Dans la même optique, à l’instar des autres campagnes visant à la prévention contre la rage à l’exemple des opérations de vaccination du cheptel et l’abattage systématique des animaux errants, en particulier les chiens, enregistrent un nombre important dans la commune d’Adekar eu égard à la prolifération des décharges sauvages ici et là dans cette localité.
Afin de palier au danger permanent qui guette les habitants, une campagne de vaccination antirabique (contre la rage), des chiens et chats  a été lancée par les responsables concernés au niveau de la daïra d’Adekar depuis le 2 de ce mois courant, toutefois l’opération s’est interrompue en raison d’une perturbation au niveau des moyens de transports mobilisés à cet effet, apprend-on, auprès du service d’hygiène de l’APC d’Adekar.
Néanmoins, l’opération est relancée à partir de la semaine passée, soit le 10 de ce mois en cours. Pour ce faire et afin d’assurer le bon déroulement de cette action, la subdivision de l’agriculture d’Adekar en collaboration avec les services de l’APC ; cette dernière s’est chargée du transport des équipes intervenantes durant toute la période de cette campagne, a élaboré un programme de déplacement au niveau des 23 villages relevant de cette municipalité suivi d’une campagne d’affichage élargie.
Ainsi, pour la réussite de ladite campagne, les initiateurs de cette dernière tiennent au courant les citoyens concernés sur les lieux de rassemblements qui se feront sur les places principales des villages accompagnés de leurs chiens et des certificats ou carnets de vaccination de l’année précédente de ces bêtes. Quant aux chats, ils seront de préférence enfermés dans des paniers afin de faciliter leur vaccination. Notons enfin que l’opération est entièrement gratuite, pourvu que les villageois prennent la chose au sérieux.

Mohamed Haddadi

 

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

El Flaye / Les lèvres suspendues au barrage de Tichy Haf !

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

El Flaye
Les lèvres suspendues au barrage de Tichy Haf !

Récemment, le premier responsable de la wilaya, M. Ali Bedrici en l’occurrence, était en visite d’inspection de l’avancement des travaux du réservoir d’eau d’El Flaye, l’une des communes traversées par la conduite générale et l’une des heureuses bénéficiaires de cette source ô combien vitale. Ce réservoir situé dans un axe idéal est construit pour servir particulièrement de trait d’union entre le barrage de Tichy Haf et la région des Ath Weghlis.

Lire la suite… »

Publié dans Bgayet 06 | Pas de Commentaire »

12345...19
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres