• Auteur:

    ddkabylie

Béjaïa / Visite de Ali Bedrici des chantiers de transfert de l’eau du barrage de Tichy-Haff

Posté par ddkabylie le 4 mai 2010

Béjaïa / Visite de Ali Bedrici des chantiers de transfert de l’eau du barrage de Tichy-Haff
La date butoir de fin juin sera respectée

Sur les six chantiers de réalisation de  projets de développement que  Ali Bedrici, wali de Béjaïa, a inspecté hier dans les communes de Berria, de Oued Ghir et de Béjaïa a empêché hier, dont trois d’entre eux, ceux d’El Kseur, de Oued Ghir et de Béjaïa  concernent le transfert de l’eau du barrage de Tichy-Haff dans les villes du couloir Akbou-Béjaïa.

Lire la suite… »

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Maison de la culture Mouloud-Mammeri

Posté par ddkabylie le 3 mai 2010

 

Dans le cadre de la commémoration des évènements tragiques du 8 Mai 1945, la Maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou abrite un séminaire autour du thème : “De la colonisation à la décolonisation”, organisé en collaboration avec “la Fondation du 8-Mai 45”, le mercredi 5 mai 2010 de 9 heures à 16 h30, au niveau du Petit théâtre de l’établissement.
Le public et la presse sont cordialement invités.

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse

Posté par ddkabylie le 3 mai 2010

 

Célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse
Trois journalistes arrêtés et libérés hier à Alger

Le petit rassemblement qui devrait avoir lieu hier devant le siège de la Télévision nationale à Alger, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse qui coïncide chaque année avec le 3 mai, a été empêché par les forces de l’ordre. Le bilan trois journalistes arrêtés, en l’occurrence les journalistes Adlène Meddi, Mustafa Benfodil (El Watan) et Said Khatibi (El Khabar) ainsi que le responsable du Rassemblement action jeunesse (RAJ), Hakim Addad. Ces derniers ont été embarqués en fin de matinée par la police après leur tentative de tenir un rassemblement devant le siège de la télévision nationale à Alger. Selon de témoins oculaires, ces manifestants ont été arrêtés alors qu’ils distribuaient un tract appelant les citoyens à œuvrer à l’ouverture de l’audiovisuel. Les trois journalistes arrêtés sont retenus au commissariat de police de l’arrondissement, nous a confirmé l’un des organisateurs. Il convient de savoir par ailleurs, que l’idée de ce rassemblement avait été lancée via les réseaux sociaux sur Internet- notamment Facebook-.

Y. Maouchi

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Azzedine Mihoubi : “L’ouverture du champ audiovisuel n’est pas à l’ordre du jour”

Posté par ddkabylie le 3 mai 2010

 

Indiquant que les entreprises de presse devraient se doter d’un code d’éthique et de déontologie
Azzedine Mihoubi : “L’ouverture du champ audiovisuel n’est pas à l’ordre du jour”

La volonté de la mise en place d’un arsenal juridique au profit des journalistes a été réitéré par le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé de la Communication “le débat qui se tient actuellement est certes enrichissant, néanmoins, il appartient à chacun de contribuer de manière objective, avec la mise en place d’un conseil de réflexion qui pèsera le pour et le contre dans le domaine du journalisme, il est nécessaire de se concerter ensemble”. Concernant un autre volet et abordant une éventuelle ouverture du champ audiovisuel, Azzedine Mihoubi a souligné que « l’ouverture du champ audiovisuel n’est pas à l’ordre du jour, car il faut d’abord mettre en place les mécanismes nécessaires et acquérir un certain savoir faire”. Par ces termes, le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé de la Communication laisse entendre que les médias audiovisuels en Algérie manque de savoir-faire et de tact.   Toujours dans ce sens, Azzedine Mihoubi dira « actuellement, on procède à l’amélioration des chaînes nationales actuelles et au soutien des producteurs nationaux, on doit tout d’abord asseoir une base solide avant de passer à autre chose. Il ne faut pas s’aventurer dans un terrain inconnu », appuyant ainsi la décision du gouvernement de verrouiller le champ audiovisuel qui demeure timide et mitigé.  A propos de la révision du code de l’information, Azzedine Mihoubi est formel. “Les entreprises de presse doivent se doter d’abord d’un code d’éthique et de déontologie, ensuite, on va s’impliquer dans le processus de formation des journalistes”,  relevant que des volets tels que la professionnalisation, la maîtrise des technologies de l’information et de la communication et l’aspect juridique sont autant de volets qu’il y a lieu de consolider. Le secrétaire d’Etat a indiqué qu’“il appartient aux professionnels eux-mêmes de s’organiser et de discuter la convention collective”. Dans un autre registre, Azzedine Mihoubi a laissé entendre que « l’Algérie devrait passer au numérique vers 2015. A cet effet, le plan d’adaptation technologique est en cours d’exécution”. Concernant la télévision numérique terrestre (TNT), Azzedine Mihoubi fera savoir que « trois stations d’émission ont été installées dans trois wilayas sur les hauteurs de Constantine, Sidi Bel-Abbès et Blida et elles seront opérationnelles prochainement » ,et de poursuivre : “Une deuxième tranche d’émetteurs sera bientôt lancée. Pour le moment, on est en train de tester cette option, on élabore un programme spécifique sur la TNT afin d’attirer le public avec la mise en place de décodeurs et antennes, à cet effet, 10 nouvelles chaînes de télévision, 5 thématiques et 5 régionales seront lancées.” Dans le même sillage, Azzedine Mihoubi dira : “Le programme actuel doit encore être mûri, car il doit passer par la multiplication et la diversification des contenus et des programmes.”  Dans un autre registre, concernant le volet du statut du journaliste et de la carte nationale de presse, Azzedine  Mihoubi fera savoir que “le débat qui est actuellement en cours entre le gouvernement et les représentants de la presse ainsi que les universitaires et les intellectuels devrait aller vers des aboutissements et définir la politique à mener pour asseoir un nouveau statut pour la profession et réglementer le code d’usage”.

Hacène Merbouti  

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Le wali l’a révélé hier, à l’occasion de la commémoration de la Journée internationale de la presse

Posté par ddkabylie le 3 mai 2010

 

Le wali l’a révélé hier, à l’occasion de la commémoration de la Journée internationale de la presse

“Le stade de 50 000 places est désormais chose acquise”

Toute la famille de la presse à Tizi-Ouzou a été conviée hier, à l’occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse, à une réception à l’honneur des journalistes, à l’initiative du wali Hocine Mazouz.

Lire la suite… »

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Fête des travailleurs

Posté par ddkabylie le 1 mai 2010

Fête des travailleurs
Meeting et marche du PST

Saisissant l’occasion de la Fête des travailleurs, le Parti socialiste des travailleurs a organisé, dans la matinée d’hier, un meeting à l’esplanade de la Maison de la culture ayant regroupé une centaine de personnes. Après un discours de conjoncture, la marée humaine a spontanément fait une marche à travers les artères de la ville. C’est sous le slogan de Journée nationale de lutte des travailleurs que la fête du 1er Mai a été célébrée cette année. C’est ainsi que dans la déclaration du parti, il est rappelé que si cette journée est l’occasion, de fêter le développement des luttes ouvrières et de célébrer les premiers acquis du combat des travailleurs, c’est aussi l’occasion de faire le point sur les faiblesses et de tracer les perspectives.
Fustigeant le capitalisme mondial qui s’enfonce dans la crise et précipite dans le désarroi des pans entiers de l’humanité, les rédacteurs pointent du doigt les partisans du libéralisme dans le pays qu’ils soient du pouvoir ou de l’opposition qui avouent l’échec de la politique qui leur a été dictée par les grandes puissances, une politique qui a gaspillé les ressources du pays, démantelé les capacités productives et livré le marché aux multinationalistes.
Ils ajoutent, en outre, que pendant que le redressement des entreprises traîne, les décideurs continuent d’offrir des contrats et des concessions aux multinationalistes. Par ailleurs, ils reprochent aux gouvernants que l’Algérie régresse, après un demi-siècle d’indépendance, malgré les réserves immenses prêtées aux pays riches.
C’est ce qui fait que pendant que la jeunesse est livrée à la précarité et que les masses populaires sont menacées de clochardisation le spectacle odieux de la corruption massive et du pillage systématique au profit des possédants nationaux et au profit de leurs tuteurs étrangers est révoltant. Pour une alternative démocratique, anti-libérale et anti-impérialiste, les travailleurs sont appelés à organiser une mobilisation ouvrière et populaire pour imposer les libertés démocratiques.

A. Gana

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Célébration de la Journée internationale des travailleurs

Posté par ddkabylie le 1 mai 2010

Célébration de la Journée internationale des travailleurs
Le MDS déplore la situation sociale des travailleurs
  

Dans une déclaration rendue publique hier, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des travailleurs, qui coïncide avec le 1er Mai de chaque année, le Mouvement démocratique et social plaide pour une meilleure prise en charge des travailleurs algériens.  Une journée qui coïncide avec un climat de tension aggravé, marquée notamment par plusieurs grèves qui sont  déclenchées au niveau de plusieurs secteurs. “Notre pays vit aujourd’hui au rythme des manifestations qui mobilisent les travailleurs et les plus larges couches de la société ; grèves, rassemblements, émeutes, se succèdent face à la dégradation sans précédent du pouvoir d’achat et des conditions de vie et de travail’’, déplore le MDS dans sa déclaration. Et d’ajouter : “Les travailleurs de très nombreux secteurs se mobilisent et s’organisent de plus en plus malgré les intimidations, pressions, menaces, atteintes aux libertés syndicales. Le mouvement de colère et de contestation ne s’affaiblit pas, il s’amplifie et s’élargit.” Devant cette situation, les travailleurs rejettent catégoriquement les tutelles autoproclamées d’un autre âge et exigent leur propre participation aux débats et aux décisions qui engagent  le devenir de leur secteur d’activité et celui du pays à travers leurs représentants légitimes. Face à cette ébullition, et en l’absence d’une stratégie de développement économique et social, le pouvoir tente, selon le MDS, de réduire le contenu des luttes sociales et démocratiques à la question des salaires. En effet, les augmentations de salaires décidées récemment par le gouvernement d’Ouyahia  n’expriment, selon le MDS ni un souci d’améliorer le pouvoir d’achat, ni une volonté de promouvoir l’économie productive.
Le MDS n’a pas omis de tirer à boulets rouges, sur les scandales de corruption étalés chaque jour dans la presse indépendante et par les médias lourds tenus en laisse, mettant à nu les luttes à mort de clans et de groupes d’intérêts pour le contrôle du pouvoir.
Ces malversations qui affectent l’ensemble des institutions de l’Etat fragilisent le pays et aggravent l’inquiétude des citoyens et leur incertitude quant à son devenir. En même temps, le détournement massif des richesses nationales conforte les citoyens dans la justesse et la légitimité des luttes qu’ils mènent pour une meilleure répartition des richesses nationales. D’autre part, le MDS salue le courage et la détermination des travailleurs qui poursuivent, dans des conditions difficiles, le combat pour leurs droits sociaux et démocratiques légitimes. Il plaide en outre, pour un débat plus large, et une démocratie moderne qui consacre la citoyenneté et qui exige la levée de l’état d’urgence justifiée par la lutte antiterroriste et utilisée par le pouvoir contre les citoyens, une économie productive de richesses, et enfin, un plan social permettant la protection des couches les plus vulnérables de la société. En somme, une alternative de changement démocratique moderne est possible et nécessaire. 

Y. Maouchi

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Béjaïa / Célébration retentissante de la Journée mondiale de la presse

Posté par ddkabylie le 1 mai 2010

Béjaïa
Célébration retentissante de la Journée mondiale de la presse

La Journée mondiale de la liberté de la presse coïncidant chaque année avec le 3 mai est partie pour être célébrée avec un certain panache à Béjaïa.

Lire la suite… »

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

M. Tigha Abderrahmane, directeur de l’action sociale à Tizi-Ouzou

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

M. Tigha Abderrahmane, directeur de l’action sociale à Tizi-Ouzou
“Nous participons à la sauvegarde de la paix sociale”

La Dépêche De Kabylie : La finalisation de la carte sociale de la wilaya a permis l’identification des poches de pauvreté. Comment  comptez-vous réagir pour la prise en charge des besoins de ces localités ?
M.Tigha : Effectivement. L’élaboration de la carte sociale de la wilaya a permis l’identification des poches de pauvreté. Vous devez savoir que notre plan d’action est déjà mis en place et l’intervention de l’Etat est déjà palpable sur le terrain à travers une série d’opérations visant en finalité l’amélioration du cadre de vie de nos concitoyens. Les données sont actualisées en collaboration avec les autorités locales, APC et daïras. Nous avons fixé des objectifs avec des moyens de prise en charge en tenant compte des priorités et urgences et surtout des besoins exprimés par les populations. Certains projets ne dépassant pas les deux millions de dinars sont pris en charge par le programme du secteur, les ex-Tup Humo qu’on appelle maintenant les ABC, soit avec le programme de développement communautaire avec la participation de la collectivité. La finalité est comme je vous l’ai dit, en préambul n’est autre que l’amélioration du cadre de vie de la population. C’est le cas de le dire pour les actions visant le désenclavement de ces régions, l’ouverture de nouvelles pistes agricoles, l’assainissement, l’AEP, le directeur de l’action sociale prend en charge les projets au profit des populations qui sont dans le besoin.

La DAS s’implique de plus en plus dans le processus de développement à l’échelle locale. Comment se fait votre intervention sur le terrain ?
Vous l’avez signalé dans l’une de vos livraisons, l’action de notre secteur rime incontestablement avec le développement. C’est d’autant plus vrai que l’investissement de l’Etat est vraiment important. Notre action s’inscrit en complémentarité avec les autres secteurs. Nous intervenons sur les problèmes  urgents de la population. On peut par exemple, procéder à la réhabilitation d’une école primaire, équiper les cantines scolaires dans une commune pauvre… nous pouvons aider aussi par la main-d’œuvre à travers nos différents dispositifs IAIG, DAIS, PID  entre autres. De toutes les manières, le secteur de l’action sociale a pris sa place dans ce créneau. Nous faisons tout pour participer au développement de notre wilaya qui est en marche, dans le cadre de notre mission qui est, entre autres, l’aide aux populations démunies et la lutte contre l’exclusion.

Qu’on est-il du futur programme ABC, qui connais paraît-il un retard cette année ?
On ne peut pas parler de retard puisque le programme nous sera notifié incessamment. Pour cette année encore, nous avons formulé des propositions pour la tutelle. La wilaya de Tizi-Ouzou aura son quota de projets. Pour le futur programme qui nous sera notifié incessamment, nous avons proposé quelque 300 fiches techniques, pour un montant global de 25 milliards de centimes. L’année passée, nous avons fait de même et on a bénéficié  de plus de 14 milliards. C’est vous dire que la tutelle ne lésine jamais sur les moyens pour venir en aide aux localités de Tizi-Ouzou.

Le cap est-il déjà mis, à votre niveau sur la préparation de la future saison estivale ?
Indubitablement, notre intervention devient une tradition. Chaque année notre direction participe à la réussite de la saison estivale. On accompagne bien sûr les efforts consentis par l’Etat afin d’assurer les meilleures conditions d’accueil pour les estivants. Cette année encore, les services de Blanche Algérie seront mobilisés pour l’embellissement des villes du littoral en plus de l’affectation d’un certain nombre de jeunes dans le cadre du filet social pour la bonne prise en charge du cadre général de ces villes.

Venons-en aux récentes revendications de certaines couches sociales défavorisées pour leur prise en charge, les aveugles, entre autres…
Vous savez, nous sommes un secteur névralgique qui se donne la mission d’aide et d’assistance à tous les démunis. Nos portes sont ouvertes à tous les citoyens et nous sommes prêts à intervenir là où il y a nécessité. Nous prenons en charge 28 000 personnes en détresse. Nous participons  activement à la sauvegarde de la paix sociale. Récemment, nous avons pris en charge plus de cent personnes sans domicile fixe par le biais du SAMU social au niveau du centre de Boukhalfa. Il y a également le suivi des cas recensés dans l’opération d’identification des mineurs et autres catégories au niveau de la ville de Tizi-Ouzou. L’action continue à travers les brigades du SAMU social.

Qu’en est-il du phénomène du suicide ?
Vous mettez le doigt sur une question lancinante. Il est regrettable de constater que des personnes mettent fin à leurs jours. Notre direction travaille sur le dossier. Nous avons désigné une équipe pluridisciplinaire qui se déplace dans les foyers du phénomène afin de cerner concrètement la question, connaître les raisons de ce drame et proposer par la suite des solutions qui toucheront l’ensemble des secteurs qui interviendront pour la prise en charge des besoins de ces personnes vulnérables.

Quel sera le sort réservé aux locaux des EPIH ?
Les locaux de cette entreprise publique dissoute situés sur l’entrée est de la ville seront en principe réaffectés et aménagés  au profit d’une unité principale du SAMU social alors que pour ceux de la commune de Boghni, on réfléchit sur leur probable réaffectation.

Entretien réalisé par Omar Zeghni

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Le dur pari de l’action sociale à Tzi-Ouzou

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

Le dur pari de l’action sociale à Tzi-Ouzou
La paix sociale en jeu

Les chiffres à eux seuls, ne peuvent décrire la réalité du terrain ni même l’étendue de la misère sociale qui frappe d’importants pans de notre société.

Lire la suite… »

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

1...45678...19
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres