• Auteur:

    ddkabylie

Aigle Azur a mis en place des vols supplémentaires à destination de l’Algérie

Posté par ddkabylie le 23 avril 2010

Afin de rapatrier des passagers bloqués à Alger et Oran
Aigle Azur a mis en place des vols supplémentaires à destination de l’Algérie

En raison du nuage volcanique islandais qui a affecté une partie du ciel européen, la compagnie Aigle Azur a annoncé via un communiqué la mise en place de vols supplémentaires à partir de l’aéroport d’Orly à destination d’Alger et d’Oran. Cette décision a été prise dans le but de rapatrier les passagers bloqués en Algérie depuis le début de la semaine, vu que la compagnie nationale était dépassée par l’ampleur des événements. Ainsi, et pour les journées de mercredi et jeudi, des liaisons ont été programmées. C’est ainsi qu’on pouvait lire sur le communiqué : “Des liaisons ont été programmées en début de journée à 6h10 pour Alger afin de rapatrier tous les passagers en attente dans l’une ou l’autre de ces destinations.” A noter que La compagnie aérienne Air Algérie a procédé à la levée des restrictions dues à l’éruption volcanique en Islande pour l’ensemble de ses vols vers l’Europe, indique-t-elle jeudi dans un communiqué. Air Algérie précise avoir rétabli son programme des vols vers les escales européennes. Il est à rappeler que cette compagnie avait précisé mercredi les dispositions particulières prises en direction de ses passagers ayant subi des désagréments suite aux perturbations du trafic aérien causées par l’activité volcanique. Ces dispositions portent sur un “remboursement systématique du billet non utilisé, une autorisation, à la demande du client, du changement d’itinéraire sans réajustement tarifaire vers la destination la plus proche de l’escale d’arrivée du vol annulé et un report, sans frais additionnels, de la réservation dans un délai de quinze jours après la date initiale du voyage.” Air Algérie a annulé 64 vols durant cette crise aérienne. Pendant trois jours, 21 000 passagers bloqués à Alger.

Hacène Merbouti

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Bouira / Secteur des transports

Posté par ddkabylie le 23 avril 2010

Bouira / Secteur des transports
Un parcours cahoteux

Le secteur des transports a fait l’objet d’un large débat au sein de l’Assemblée populaire de wilaya à l’occasion de la tenue de la première session ordinaire de l’année 2010. En effet, les membres de la commission chargée d’élaborer la nouvelle carte des transports avaient présenté un rapport détaillé sur la situation à travers la wilaya de Bouira. Une situation peu reluisante en 2009 et qui avait suscité l’ire du premier magistrat de la wilaya. Ce dernier avait critiqué l’attitude des responsables concernés qui s’étaient bornés à reconnaître les manques sans pour autant apporter des solutions aux problèmes posés ou encore l’absence de vision future et de nouvelles perspectives pour ce secteur, une nouvelle carte des transports a été élaborée. En plus des données générales contenues dans le rapport des membres de l’APW, des statistiques sur le parc roulant du secteur des transports de la wilaya et des différentes lignes et leurs nombres en détail. Au 31 décembre 2009, la wilaya de Bouira enregistrait 35 lignes interwilayas, 54 lignes communales et 21 dessertes rurales. Ces lignes sont exploitées par 18 bus de 50 places, 103 mini bus de 35 places, 467 fourgons aménagés de 24 places et enfin, 1 600 véhicules de 10 à 23 places. Il faut dire qu’en matière de parc roulant appartenant exclusivement aux investisseurs privés, la wilaya de Bouira est bien servie. Pour rappel, le premier plan des transports a vu son inscription en 2003, mais son lancement n’a été réalisé qu’en 2006. D’un montant de 5 millions de dinars et pour un délai de réalisation de 7 mois, l’étude du plan a été parachevée et validée par une commission ministérielle en 2009. Un retard considérable dans la finalisation de l’étude qui n’a pas été au goût de la commission de l’APW. Additivement à de nombreuses critiques qui ont été émises après l’étude dudit plan. En effet, l’absence de prise en charge de certaines communes dans l’étude, la non-association des maires, des transporteurs et des citoyens lors de l’élaboration de l’étude, le peu d’intérêt accordé au transport urbain et à la promotion des destinations touristiques étaient, entre autres, les insuffisances soulevées. Un tableau des plus catastrophiques du secteur des transport où l’on évoque une anarchie indescriptible sur tous les plans particulièrement celui de l’organisation a suscité une série de recommandations de la part des élus, à même de mieux organiser le secteur et d’améliorer les conditions de prise en charge des voyageurs et les prestations de service proposées. Des recommandations qui gagneraient à être appliquées dans les meilleurs délais.

Djamel M.

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Bouira Visite du ministre des Transports

Posté par ddkabylie le 23 avril 2010

Bouira Visite du ministre des Transports
Une double voie ferrée électrifiée

C’est sous une pluie battante que Amar Tou, ministre des Transports, a effectué hier vendredi une visite de travail à travers la wilaya de Bouira.

Lire la suite… »

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Détournement des denrées alimentaires à l’EPH de M’chedallah

Posté par ddkabylie le 22 avril 2010

Détournement des denrées alimentaires à l’EPH de M’chedallah
Les mis en cause suspendus de leurs postes de travail

L’affaire du détournement des denrées alimentaires dans laquelle sont incriminés six fonctionnaires de l’établissement hospitalier de la daïra de M’chedallah dont l’ex-directeur, trois cuisiniers, un chef de service et l’économe, qui a éclatée en juin 2008, qui est toujours sous la main de la justice, n’a toujours pas encore livrée tous ces secrets. Si en première instance le procureur avait requis une peine de sept ans de prison ferme pour le premier responsable et son économe, pendant que les quatre autres ont été condamnés à quatre ans de prison ferme. Lors de la délibération, le juge avait ramené les peines à quatre années de prison ferme pour les deux premiers et de trois années pour les autres mis en cause. Les mis en cause ont fait appel en cassation après avoir entendu le verdict.
Par ailleurs, de sources proches de cette même structure hospitalière nous apprenons que les cinq accusés ont été suspendus de leurs postes de travail respectifs par la direction locale, une décision qui leur a été signifiée le 18 avril en cours et ce, en attendant le verdict final de la justice qui sera connu, selon les mêmes sources, dans les quelques semaines à venir. Le directeur accusé, quant à lui, été déjà muté suite à l’éclatement de cette affaire dans une autre structure hospitalière de la wilaya de Béjaïa vient d’être suspendu de ses fonctions au même titre que ces ex-collègues, sauf que la décision de sa suspension lui a été signifiée par le ministère, laisse entendre nos interlocuteurs.

Nadia Hamani

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Alors que le secteur a perdu 25% de ses effectifs

Posté par ddkabylie le 22 avril 2010

Alors que le secteur a perdu 25% de ses effectifs
Une augmentation de 12% pour les salariés du textile

Après l’augmentation du SNMG dans la Fonction publique, le secteur du textile vient de bénéficier d’une augmentation des salaires à hauteur de 12%, un accord qui a été conclu entre le gouvernement ainsi que l’UGTA via la fédération de textile et d’habillement. L’annonce a été faite par le secrétaire général de la fédération UGTA textile et habillement, Amar Takdjout, qui a en outre, annoncé que “le secteur du textile a perdu 25% de ses effectifs depuis l’ouverture du marché textile national aux produits étrangers”. En effet, les salariés dont la majorité est menacée de perdre leur emploi ont exprimé leur colère et leur inquiétude quant aux dernières décisions de la SGP/IM portant dissolution de deux grandes entreprises publiques de textile, en l’occurrence Districh et Enaditex suite à une concurrence féroce de produits venant de l’étranger et de bonne qualité, un rapport qualité-prix qui inquiète les responsables du secteur. Dans ce sens, Amar Takdjout souligne que “depuis l’ouverture du marché du textile national aux investisseurs étrangers, on assiste à un déferlement sans précédent de produits de confection et d’habillement venus d’ailleurs et de Chine en particulier, laissant nos usines agonisantes et sans ressources”, a-t-il soulevé. Concernant la hausse des salaires décidée, le syndicaliste dira : “cette décision a été prise dans le cadre des négociations des conventions de branches qui ont débuté en avril, avec le patronat et le gouvernement, il y aura aussi une hausse de 8% pour certaines indemnités et à cet effet, nous avons retenu le principe d’un système de stimulation ou d’indemnités de performance. Le compromis entre intérêts des entreprises et ceux des salariés est correct.” Aussi et selon lui : “Les indemnités revalorisées sont celles du panier, avec 50 dinars d’augmentation par jour ainsi que de la femme au foyer, fixée désormais à 1000 dinars. Les frais de mission sont également revus à la hausse, passant de 1800 dinars par jour à 3500 dinars. Le système de stimulation varie de 5 à 70% des salaires. Tout dépend de la situation des entreprises.” A noter que le secteur du textile compte aujourd’hui quelque 12 000 salariés à travers le territoire national. Selon une enquête de l’ONS, 85% des entreprises de textile ont recouru à des crédits bancaires, et 66% d’entre elles ont eu des difficultés auprès des banques. Deuxième constat, celui-ci d’ordre social : les effectifs ont encore baissé, selon les responsables des deux secteurs. Aussi, près de 20% des patrons d’entreprises de textile et 17% de ceux des cuirs déclarent avoir eu des difficultés à recruter des cadres et des agents de maîtrise. Près de 91% des chefs d’entreprises des cuirs déclarent pouvoir produire plus en embauchant du personnel. Plus de 7% du potentiel de production des textiles a connu des arrêts de travail inférieurs à 12 jours pour raison de conflits sociaux. 

Hacène Merbouti

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Clôture de la 4e édition du Salon national du recrutement Jincent 2010

Posté par ddkabylie le 22 avril 2010

Clôture de la 4e édition du Salon national du recrutement Jincent 2010
36 entreprises et 9 institutions ont pris part

La 4e édition du salon national du recrutement Jincent 2010, qui a été tenu au niveau de l’Office Ryadh El Feth a pris fin hier à Alger. Cette manifestation intervient suite au succès des précédentes éditions notamment la troisième qui s’est déroulée, faut-il le rappeler, en mois de juin dernier. “Elle a vu la participation de quelque 36 entreprises nationales des deux secteurs public et privé. Les entreprises internationales à l’image des entreprises française (Michelin) et allemande (Hankel) étaient également présentes à cette événement. Cette participation n’est pas  limitée aux entreprises nationales mais les institutions nationales ont leur part dans ce salon du recrutement dont le nombre a atteint 9 institutions présentes durant ces trois jours à savoir, l’Ansej, l’Anem”, a cité Dr Ali Belkhiri, directeur du Salon national Jincent 2010.
Il y a lieu de signaler que, ce salon national et universel a été organisé dans le but de mettre en relation les entreprises nationales qui cherchent, en premier lieu,  a recruté des jeunes diplômés et à se faire connaître quand il s’agit de nouvelles entreprises, et les universités du pays pour qu’il aura à l’avenir  un lien entre elles. Le responsable du salon rencontré sur les lieux dira, à cet effet qu’ « il faudra qu’il y ait une liaison, un réseau de communication entre les entreprises et les universités dans le but de former une main-d’œuvre qualifiéesur le marché de l’emploi”.
S’agissant du nombre de visiteurs de Jincent 2010,  le directeur  a estimé que,  « le nombre des visiteurs cette année est multiplié par trois par apport aux éditions précédentes”. Il enchaîne : “Cela dépasse largement nos prévisions.”
Les représentants des entreprises nationales présents à ce salon sont unanimes “environ 15 000 à 20 000 offres d’emploi au niveau de chaque spécialité sont proposées et discutées lors de cette nouvelle édition qui a pour objectif  non seulement de promouvoir les compétences locales auprès des entreprises, mais de faire connaître également les offres d’emploi difficiles à pourvoir et faciliter la mobilité professionnelle en Algérie”.
Des entreprises comme  Algérie Télécom, Nedjma, Société générale Algérie, Michelin, société des services Hand to hand et autres sont présentes à cet événement pour recruter plus d’effectif pour leurs entreprises. “Une étape importante de la prise de contact des entreprises avec le marché algérien”, a déclaré M. Rabia Samir, cadre au niveau de la société Algérie Télécom. Ce salon, faut-il le signaler,  n’est pas dédié seulement aux diplômés des universités mais c’est une occasion pour les diplômés de la formation professionnelle toutes spécialités confondues, de décrocher un emploi. A titre d’exemple, la société des services Hand to hand compte élargir son réseau cette année, elle travaille avec toutes les catégories, peintres, plombiers, comptables, électriciens, maçons…
“Notre société compte travailler avec les deux secteurs public et privé”, a tenu  à dire Mme Larbi, chargée de la communication au niveau de cette société.
Selon le directeur de ce salon, des salons spécialisés et régionaux sont prévus durant les années à venir.

M. A. Yahoui

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Béjaïa / Le décret exécutif n° 10-89 met l’industrie KO

Posté par ddkabylie le 22 avril 2010

Béjaïa
Le décret exécutif n° 10-89 met l’industrie KO

Leader national de l’emballage industriel, General-Emballage SPA est en arrêt de production depuis hier en raison d’une rupture de stocks de matières premières, apprend-on d’une source proche de sa direction.

Lire la suite… »

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Le Cnapest menace d’une grève nationale de neuf jours

Posté par ddkabylie le 21 avril 2010

 

Le Cnapest menace d’une grève nationale de neuf jours  
Arrêt de travail aujourd’hui dans les lycées

 

La situation des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (PEST) ne semble pas connaître son épilogue. Après le mouvement du terrain entamé par les PEST mercredi dernier dans douze wilayas, d’autres wilayas ont prévu une série de mouvements de protestation au courant de cette semaine. En effet, la première journée de protestation a été observée avant-hier dans la wilaya de Guelma. Une autre action a été tenue hier à la wilaya de Ouargla, suivie d’un rassemblement devant la direction de l’éducation. A noter que ces mouvements de protestations sont entrepris par le conseil national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest). Les lycées seront aussi paralysés aujourd’hui à Alger-Centre. Un rassemblement se tiendra devant les trois Académies d’Alger (Est, Ouest et centre d’Alger). Une action similaire est également prévue aujourd’hui à la wilaya de Batna et de Médéa, appuyée par un rassemblement devant la direction de l’éducation des wilayas concernées par ce mouvement. C’est du moins ce que nous a affirmé hier, le chargé de communication et de l’information au sein de cette entité syndicale, Messaoud Boudiba.  Quant aux enseignants de la wilaya de Saïda dont le conseil respectif a été reporté à une date ultérieure, ils menacent d’un boycott administratif avec comme principe de base, le refus de communiquer les notes des examens à l’administration. Ils brandissent la menace également de ne pas participer aux réunions des conseils des classes. Il faut dire que la politique d’intimidation pratiquée par la tutelle pour décourager les grévistes paraît bien au contraire jeter de l’huile sur le brasier, puisque ces derniers sont plus que jamais déterminés à aller de l’avant afin de satisfaire leurs doléances, selon la même source. Cette action, précise le chargé de l’information au sein du Cnapest, intervient afin de dénoncer « l’attitude négative de la tutelle et les amputations illégales opérées par les pouvoirs publics sur les salaires des enseignants grévistes ». « Tous les enseignants se sont levés comme un seul homme pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de la décision du ministère pour avoir défalqué dix jours sur le salaire des enseignants, alors que cela est illégale puisqu’elle va à l’encontre des lois de la République, qui stipule le retrait sur salaire de trois jours durant chaque mois », a regretté la même source. « Devant cet état de fait, la majorité des enseignants propose à la base d’observer une grève générale de neuf jours », a-t-il ajouté. Cette entité syndicale compte tenir son conseil national prochainement pour arrêter la date de son mouvement de protestation.

L. O.

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Les syndicats de la santé et de l’éducation font cause commune

Posté par ddkabylie le 21 avril 2010

 

Les syndicats de la santé et de l’éducation font cause commune 
Naissance de la Confédération des syndicats algériens (CSA)

 

A l’initiative du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), celui des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), le Conseil national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest) et l’Union nationale des professeurs de l’éducation et de la formation (UNPEF), une Confédération des syndicats algériens (CSA) vient de voir le jour. Cette confédération a été créée hier, en marge d’une rencontre de concertation de ces quatre syndicats autonomes, afin d’aboutir à une action commune. A noter que plusieurs rencontres se sont tenues ces dernières semaines pour définir la charte et rassembler les syndicats intéressés, et en vue de réfléchir à des formes d’actions communes pour la défense des libertés syndicales et du droit de grève. « Face à une conjoncture marquée par des atteintes flagrantes au libre exercice du droit syndical et au droit de grève », affirme le chargé de communication et de l’information du Cnapest. La naissance de la CSA est devenue plus que nécessaire pour ces syndicats autonomes qui ont fait l’objet de menaces de ponctions sur salaire et de sanctions pour avoir entamé des mouvements de protestation. Cette confédération, selon notre interlocuteur, vient de naître afin de dénoncer la conjoncture caractérisée aussi bien par « une chute vertigineuse du pouvoir d’achat, que par la marginalisation des syndicats autonomes dans le processus de la révision du code de travail, afin de faire aboutir toutes nos revendications ». La CSA condamne fermement « les atteintes au libre exercice du droit syndical et du droit de grève ». Cette Confédération dénonce vigoureusement « les mesures arbitraires prises par le gouvernement à l’encontre des praticiens de la santé publique et des travailleurs de l’éducation, telles que les ponctions sur salaire et les menaces de licenciement ». La CSA a dans ce sens réclamé « la révision des statuts particuliers des praticiens spécialistes et des généralistes de la santé publique ainsi que la compensation des anomalies constatées dans le statut particulier des corps de l’éducation nationale ». La Confédération des syndicats algériens a pour objectif de lutter pour la consécration du principe de la solidarité syndicale d’une part et l’utilisation de tous les moyens légaux pour la satisfaction des revendications d’autre part.

Lemya Ouchenir

 

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Tizi-Ouzou Elles n’ont pas fait de victimes

Posté par ddkabylie le 21 avril 2010

 

Tizi-Ouzou Elles n’ont pas fait de victimes
Explosion de deux bombes à Tigzirt et Yakouren

 

Deux bombes de fabrication artisanale ont explosé hier matin à Tigzirt et à Yakouren, dans la wilaya de Tizi-Ouzou. La wilaya de Tizi-Ouzou qui s’apprétait à célébrer le double anniversaire du Printemps berbère et Printemps noir, s’est réveillée hier sur la déflagration de deux engins explosifs. Les deux bombes ont explosé presque simultanément, vers 6h30 à Tigzirt et Yakouren. L’une et l’autre n’ont pas fait de victimes. La première a ciblé, selon nos informations, le siège de la brigade de la gendarmerie se trouvant à proximité du siège de la Protection civile, près de la plage Tassalast à Yakouren, la bombe, actionnée vraisemblablement à distance, a explosé au passage d’un convoi militaire qui a emprunté la RN 12. Fort heureusement, la déflagration n’a pas atteint son objectif, miraculeusement, doit-on dire. Pour rappel, la région de Yakouren connaît une forte activité militaire depuis quelques jours. Une vaste opération de ratissage a été enclenché, il y a près d’une semaine. Deux casemates ont été détruites au cours de ce ratissage. Cet attentat à la bombe est conçu comme une riposte à ce ratissage.

M. O. B.

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

1...678910...19
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres