• Auteur:

    ddkabylie

Séminaire international sur la pollution marine par les hydrocarbures à Alger

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

Séminaire international sur la pollution marine par les hydrocarbures à Alger
Les experts plaident pour la préservation des régions maritimes vulnérables

Dans le cadre du mois du patrimoine qui se tient du 18 avril au 18 mai et en partenariat avec la direction de la culture et de la Maison de la culture de Béjaïa, l’association Taous et Jean El Mouhoub Amrouche d’Ighil Ali, organise les 16, 17 et 18 mai une composition qui a trait aux différentes facettes culturelles, artisanales, culinaires, agricoles et architecturales de la région des Ath Abbè s.
Le but de l’exposition, qui a commencé hier à la Maison de la culture, indique la présidente de l’association, Mme Sebbane Hassina, est de sauver des assauts du temps le patrimoine culturel de la région d’Ighil Ali, ou du moins ce qu’il en reste. Car, ajoute le vice-président de l’association, en peuple qui a perdu sa culture ne sait pas où il va et risque de s’égarer. Et il précise que c’est grâce aux jeunes bénévoles et motivés du village, jaloux de leur identité, que ce patrimoine culturel des Ath Abbès sera sauvé de l’oubli.
C’est donc à une visite du passé d’Ighil Ali et de sa région que sont conviés les visiteurs de l’exposition. La manifestation consiste en fait en une exposition dans le hall et dans le patio de la Maison de la culture, des outils ulisés en agriculture traditionnelle, de tout ce qui est  en rapport avec le travail de la laine et autres travaux d’artisanat comme la sellerie ou la vannerie entre autres. Par ailleurs, un bon point est à attribuer à M. Hammoudi, photographe de son état qui a réalisé un excellent CD sur la région d’Ighil Ali. Sa projection permet une agréable visite virtuelle de toute la région d’Aït Abbès. Il montre notamment, une huilerie traditionnelle dont le meule est tirée par une bête de somme, l’architecture kabyle avec les charpentes faites de bois dégrossi et de roseaux sur lequels reposent les tuiles, les fuites d’aération pratiquées dans les murs qui évitent aux habitants les asphyxies au monoxyde de carbone malgré le kanounes. Allumés en permanence pour se chauffer ou pour faire cuire les aliments. Les marchés hebdomadaires où les gens se rencontrent ainsi que bien d’autres sites très agréables à découvrir.
Quant au troisième jour de l’exposition, Mme Sebbane a indiqué qu’il est réservé à la présentation et à la dégustation de plats culinaires traditionnels cuisinés dans la région et dressés dans des ustensiles de l’époque.

B. Mouhoub

Publié dans page 4 | Pas de Commentaire »

Sept ans après le séisme de Boumerdès, plus de 600 familles sont toujours sinistrées

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

Sept ans après le séisme de Boumerdès, plus de 600 familles sont toujours sinistrées
Noureddine Moussa : “Les entrepreneurs qui ne respectent pas les règles parasismiques seront sanctionnés”

Sept ans après le séisme de Boumerdès, qui a causé la mort à plus de 3000 personnes ainsi que des dégâts matériels énormes, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme s’est rendu hier, dans la wilaya à l’occasion de la  1re rencontre régionale sur la révision des règles parasismiques algériennes.
Noureddine Moussa a, à cet effet, présidé à la salle de conférences de la wilaya de Boumerdès, la rencontre qui a regroupé les scientifiques et les spécialistes des questions du séisme ainsi que les organisations professionnelles et intervenants dans l’acte de bâtir.
D’emblée, le ministre a rappelé la catastrophe d’il y a sept ans, qui a causé des dégâts humains et matériels énormes « il est important de retenir les leçons du passé, toute construction doit répondre et respecter les normes internationales, notamment les règles parasismiques, et je tiens à préciser que les entrepreneurs qui ne les respectent pas seront sanctionnés, il y a un cahier des charges qu’il faut impérativement respecter », et de poursuivre « les laboratoires de génie sismique relevant du Centre national de recherche appliquée en génie parasismique seront opérationnels avant la fin de l’année 2010, et ces laboratoires auront pour principale mission de développer, la construction parasismique en Algérie dont 70% de la région nord possède une dense activité sismique. »
Abordant la loi pour l’achèvement des constructions, Noureddine Moussa dira que « cette loi ne concerne qu’une catégorie spécifique de constructions, notamment, celles couvertes par les zones urbaines, cette loi qui a une validité de cinq ans ne concerne pas les constructions dans les zones touristiques et celles faites sur les terres agricoles qui, elles, sont régies par d’autres mécanismes. »
A la question de savoir, le sort réservé aux familles dont le nombre dépasse les 600 et qui ne sont toujours pas prises en charge et qui restent sinistrées (nous reviendront dans quelques jours sur leur situation lors d’un reportage), Noureddine Moussa s’explique « on a constaté que quelques 600 familles sont toujours sinistrées et attendent le dénouement de leurs cas, comme vous le savez, le dossier du séisme du 21 mai 2003 est définitivement clos à l’exception de certains cas en cours de prise en charge par l’Etat, et on fera de notre mieux afin de mener à terme notre engagement. »
A noter que cette conférence sera ponctuée par deux autres rencontres régionales sur le même thème, qui seront organisées dans les prochaines semaines à l’est et à l’ouest du pays. Aussi et selon Noureddine Moussa « une carte sismique est en cours de préparation et qui va être à l’avenir prise en considération lors des constructions. »
Concernant le programme 2010-2014 d’un million de logements, Noureddine Moussa dira « Ce programme sera bientôt lancé et on fera le maximum pour être dans les délais et satisfaire le cahier des charges malgré quelques obstacles qu’on pourra rencontrer ainsi que la difficulté de la mission, mais le programme de formation qu’on a lancé sera bénéfique pour nous ainsi que les moyens technologiques mis en place et les techniques qu’on est en train d’acquérir auprès des européens qui sont leaders dans le domaine. »

 Hacène Merbouti 

 

Publié dans page 4 | Pas de Commentaire »

Yazid Zerhouni l’a déclaré hier

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

Yazid Zerhouni l’a déclaré hier
Il n’y aura aucune délivrance de passeport biométrique avant novembre 2010

Des difficultés liées notamment à l’importante du nombre de documents exigés à tout demandeur de passeport biométrique, notamment le fameux acte de naissance numéro 12 (12S), ainsi que les coordonnées de vos anciens copains de l’école primaire, pour ne citer que ceux-là. Une chose qui a créé un encombrement au niveau des services administratifs.

Lire la suite… »

Publié dans page 4 | Pas de Commentaire »

L’artiste nous rend visite

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

 

L’artiste nous rend visite

Actuellement en tournée artistique à travers la wilaya de Bouira, le chanteur Ali Amrane nous a rendu, une visite de courtoisie dans notre bureau de Bouira où il s’est entretenu avec le staff rédactionnel de la Dépêche de Kabylie. Au cours de notre entretien avec l’artiste, ce dernier s’est dit émerveillé de l’accueil qui lui a été réservé par le public bouiri venu, en force, assister à la soirée animée avant-hier soir à la salle des spectacles de la maison de la culture Ali-Zamoum.

D. M.

Publié dans Ithren, page 5 | Pas de Commentaire »

Conférence de presse d’Ali Amran

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

 

Conférence de presse d’Ali Amran
“Je veux partager ma musique avec le public”

La vedette de la chanson rock kabyle Ali Amran, a animé ce lundi, jour de l’inauguration de la sixième édition du Salon des livres et du multimédia amazighs, une conférence de presse au niveau de la cellule de communication de la wilaya, où il est revenu sur ses débuts dans la chanson et sur son parcours artistique. Accompagné de son manager et du directeur de la culture de la wilaya de Bouira Aomar Reghal, l’interprète d’ “Aki Damur”, a également évoqué sa tournée en Kabylie, en particulier à travers la wilaya de Bouira, où il animera cinq concerts. “A ce propos, il dira que son objectif c’est d’aller à la rencontre du public, et lui faire découvrir sa musique,  j’aimerai faire découvrir ma musique et partager celle-ci avec mon public” a-t-il précisé, Ali Amrane, qui vient, là d’effectuer une première tournée artistique en Kabylie, a exprimé son souhait de se produire dans plusieurs villes d’Algérie. Son manager fera savoir qu’une tournée nationale est en préparation.

D. M.

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Elle s’est tenue hier à la maison de la culture de Tizi-Ouzou

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

Elle s’est tenue hier à la maison de la culture de Tizi-Ouzou
Première édition du défilé de mode de la robe kabyle

La grande salle de la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou a abrité hier la première édition du défilé de mode de la robe kabyle. L’événement a suscité un intérêt particulier chez de nombreuses personnes qui étaient au rendez-vous. Un rendez-vous que ses initiateurs comptent installer durablement, et en faire une tradition à l’avenir.
Organisée, par l’agence Ray May et la revue Kabylie magazine sous la direction de madame Feriel, la manifestation se veut un espace pour l’exposition de la robe kabyle traditionnelle et les dernières inventions des artisans et artisanes spécialisés dans la fabrication de cette robe symbole d’une Kabylie qui préserve jalousement tous ce qui est sien. Pour cette première expérience, trois artisanes ont participé à la manifestation. Il s’agit de madame Rebrab, Merian et Alili. Le moins que l’on puisse dire, c’est que celles-ci ont ébloui les présents par leurs produits de hautes factures qu’elles ont étalés. En somme, ceux qui ont assisté à ce défilé n’ont certainement pas regretté leur déplacement. Ceux-ci ont eu à voir de près la robe kabyle dans ses différents modèles et qualités. Aussi, les présents ont eu une idée sur les prix réels de la robe kabyle. “Nous voulons transmettre ce message, disant que la clientèle est souvent leurrée, la robe kabyle revient plus cher chez certains commerçants”, nous dira en substance M. Aït Ahmed, un des organisateurs de l’événement.  Un message qui semble être reçu 5/5 par l’assistance qui n’a pas tari d’éloges, en outre, sur les produits et les différentes robes mises à l’essai.
Un tonnerre d’applaudissements accompagne chaque apparition des mannequins. Pour une expérience, disons-le, ce défilé de mode de la robe kabyle fut une réussite, et ce, de l’avis de tout les participants et présents.

M. O. B

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Ali Amran, Belaïd Aït Ali / Deux générations, deux génies

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

Ali Amran, Belaïd Aït Ali
Deux générations, deux génies

l Il arrive de temps à autre, que tout ce qui rend tamazight géniale est traversé par des extinctions de voix et de voies culturelles (tous segments confondus). Et, du coup, elle est davantage emmurée dans ses territoires dans son ghetto stérile. Puis, sans créer gare, le silence est secoué par le génie. Ce génie a même fait son incursion depuis l’outre-tombe. C’est le cas de Belaïd Aït Ali, qui, près de soixante ans après sa disparition, s’est invité, plutôt imposé, à un colloque animé par des universitaires. On y apprendra que l’auteur de Lwali n Werdrar est, sans l’ombre d’un doute, le premier romancer algérien. Le premier roman algérien est d’expression kabyle ! Rien que ça ! On y apprendra aussi que ses textes intègrent sans couacs l’universel. Très en avance par rapport à ses contemporains, Belaid Aït Ali “servait” de Proust au kabyle (la langue). Près d’un siècle après la naissance du roman kabyle, et quel roman ! On en est supplié l’univers de l’édition et attendre de l’école, toujours impénétrable, qu’elle cesse de produire des perroquets. Un autre génie s’est imposé “kan akka”, sur un autre volet, il y a tout juste quelques années. Il s’agit de Ali Amran. L’auteur de Sawlegh n’a pas attendu que l’inertie lui réponde. Il sait, tout comme Belaid Aït  Ali, que l’on ne peut être en dehors du reste du monde. Ali Amran, même s’il a une grande maîtrise de la musique anglo-saxonne, ne signera pas pour autant l’autre. C’est ça “kabylité” qu’il mêlera aux autres mondes pour nous servir du beau, une beauté qui forcément imposera le respect ; ne se limitent pas à l’aspect musical. Ali Amran nous sert aussi des textes de hautes factures. Une poésie que l’on ne soupçonnerait pas dans une ambiance folk rock. Mais elle est là et elle n’est pas loin de couper le cordon ombilical et d’aller se faire entendre ailleurs.

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Ali Amran cartonne à Bouira

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

 

Il s’est produit lundi soir
Ali Amran cartonne à Bouira

Dans le cadre de sa tournée à travers la Kabylie, Ali Amran s’est produit lundi dans la soirée à Bouira.

Lire la suite… »

Publié dans page 5 | Pas de Commentaire »

Une université de sismologie bientôt en Algérie

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

Afin de parer au réplique sismique
Une université de sismologie bientôt en Algérie

L’Algérie créera bientôt une université internationale de recherche en sismologie avec un financement des Nations unies, a indiqué hier un responsable au ministère algérien de l’Enseignement supérieur, Abdelhafidh Aourag.
L’Algérie a accueilli favorablement la proposition de l’ONU de créer cette université, a précisé M. Aourag, directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique. Il est à savoir que cette université permettra de réaliser des études approfondies sur le phénomène des tremblements de terre et des tsunamis tout en collectant l’ensemble des données les concernant en particulier dans la région Nord Africaine, qui est mal connue, selon les spécialistes, a ajouté M. Aourag. Par ailleurs, la future université sera jumelée au Centre de recherche internationale en sismologie au Japon, pour coordonner tous les efforts en matière de connaissance des séismes et des tsunamis, des mesures de prévention et d’éducation à développer en direction des populations pour y faire face. Rappelons que notre pays, dont le Nord est situé dans une zone sismique, est régulièrement affecté par des tremblements de terre. Alger et sa région avaient été frappées, le 21 mai 2003, par un violent séisme de magnitude 6,8 qui avait fait 2 300 morts et plus de 10 000 blessés, et le dernier séisme qui a secoué la wilaya de  M’sila qui a causé la mort de deux personnes et des dégâts importantes.

M. A. Yahoui

Publié dans page 4 | Pas de Commentaire »

Béjaïa A l’approche de la saison estivale

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

 

Béjaïa A l’approche de la saison estivale
Les décharges, cette fausse note
 

L’incivisme de certains citoyens porte un coup à la protection de l’environnement. Certains lieux sont infréquentables de par l’insalubrité qui y règne, alors que jadis c’étaient des endroits paradisiaques, notamment, sur le bas coté de la route nationale n° 26 qui servait de lieux de repos et de bivouacs pour les usagers de la route venus de loin.
Malheureusement, avec l’avènement des canettes et les bouteilles de bière jetables, l’environnement est tout autre, à cela, il faut ajouter le laxisme et le laisser aller des  autorités qui ne protègent plus l’environnement puisque des décharges sauvages et les dépôts de gravats des diverses entreprises sont créés avec l’aval de ceux qui sont sensés protéger la nature. Aussi,il n’est plus étonnant que les étrangers et les nationaux d’autres régions du pays ne daignent plus venir passer leurs vacances en Kabylie. La saison estivale étant la seule période.
Idoine pour la création d’emploi et l’écoulement de produits de l’artisanat local, très prisés par les visiteurs, il est temps, à l’approche de l’été, que les autorités locales prennent les devants en  donnant un coup de pieds dans la fourmilière en sévissant à l’encontre de ces pollueurs.

B. R.

Publié dans page 4 | Pas de Commentaire »

12345...39
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres