• Auteur:

    ddkabylie

L’ex-DG de l’OPGI de Béjaïa écope de trois ans de prison

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

Tribunal d’Akbou Accusé de malversations

L’ex-DG de l’OPGI de Béjaïa écope de trois ans de prison

Accusé de détournement de  deniers  publics, faux et usage de faux, et malversations dans l’affaire de la cité des 500 logements d’Akbou,  l’ex-responsable de l’OPGI de Béjaïa, Mohamed Ridha  Benraïs, a été condamné hier, à trois ans de prison  ferme et 120 000 dinars d’amende  par le tribunal correctionnel d’Akbou. Trois autres personnes impliquées elles aussi dans la même affaire ont été condamnées à des  peines  allant de dix-huit mois à trois ans de prison assorties d’amendes.  Il s’agit du gérant d’une société “fantoche’’ de gardiennage, A Menasria, condamné à trois de prison et 120 000 dinars d’amende et ces deux complices qui ont écopé chacun de dix-huit mois de prison et 20 000 dinars d’amende. C’est suite à une lettre anonyme faisant état de la disparition de 109 portes et 30 lavabos dans ladite cité en 2007, que le parquet d’Akbou ait décidé d’ouvrir une enquête pour déterminer les faits exacts entourant cette affaire.  Il ressort ainsi des conclusions de l’enquête consignées dans l’arrêt de renvoi de l’affaire, que la société de A.M., n’a jamais existé sur le plan légal, mais se faisait en revanche payer ses factures avec la bénédiction du principal accusé, à savoir l’ex-DG de l’OPGI de Béjaïa. La société était fictive mais l’argent était bel et bien réel.  Aussi, les enquêteurs ont pu déceler  que les mis en cause recouraient souvent au “faux et usage de faux” pour se faire payer. Autrement dit, les cachets et signatures apposés sur les factures  étaient des faux. Il n’est pas vain de rappeler en outre, que le ministère public avait requis au terme de son réquisitoire, une peine plus lourde à l’encontre du principal accusé : sept ans de prison ferme.  

Dalil S.

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Un autre citoyen a été enlevé à Tizi-Ouzou

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

 

Un autre citoyen a été enlevé à Tizi-Ouzou

Kidnapping : jusqu’à quand ?

On a fini par croire que la mobilisation citoyenne allait remettre à leur place les auteurs de kidnapping à Tizi Ouzou. Cela d’autant que le terrorisme y connaît un net recul et aucun acte du genre n’est signalé depuis quant même un bon bout de temps. Peine perdue ! La vive réaction qui a suivi le rapt de Ami Ali à Boghni, il y a à peine quelques semaines n’a finalement servie qu’à la libération de cet otage après plusieurs jours de captivité. Bien entendu, cela est loin de constituer  une mince affaire d’autant que Ami Ali a été relâché sans contrepartie financière. Plus d’un estime d’ailleurs que cette expérience reste un échec cuisant pour les ravisseurs. Il s’agit certainement des groupes terroristes qui se sont rabattus ces dernières années, sur ce procédé afin de ramasser de l’argent. Ces derniers, l’échec peut être consommé, sont revenu à la charge pour se signaler cette fois du côté de Béni Zmenzar où ils ont enlevé, dans la nuit de lundi passé, un commerçant. Comme quoi, ces terroristes ne se sont pas avérés vaincus malgré la mobilisation populaire. Va-t-on assister à un autre feuilleton comme celui qui a suivi le rapt de Ami Ali ou ce énième kidnapping se terminera-t-il comme le souhaiteraient ses auteurs ? Difficile de répondre. A l’heure où nous mettons sous presse, le groupe terroriste ne s’est pas manifesté pour donner suite à son acte. Il demeure certain que cela va se faire. En attendant, c’est toute la région d’Ath Zmenzar voire toute la Kabylie qui retient son souffle. La Kabylie en a pourtant l’habitude de vivre pareilles circonstances. Faut-il signaler qu’il s’agit là du 52e kidnappings enregistrés rien que dans la wilaya de Tizi Ouzou depuis l’apparition de ce phénomène. C’était vers la fin de l’année 2005. La plus part des victimes de ces actes sont des commerçants ou des entrepreneurs. C’est dire, en somme que les ravisseurs choissent leurs cibles. Leurs objectifs c’est de rafler leurs caisses. Il faut dire que les rapts sont devenus comme seule alternative pour eux afin de se ressourcer en matière financière. Force est de constater, en effet, que l’étau se resserre de plus en plus sur eux suite au redéploiement des forces de sécurité dans la région. Les militaires, les gendarmes et les policiers sont partout, jour et nuit, imposant une sorte de couvre feu permanent aux islamistes armés qui agissent ainsi furtivement. Il est loin le temps où ces derniers se permettaient des descentes punitives et des intrusions dans des commerces, des bars…pour racketter et les propriétaires des lieux et les clients. Les faux barrages en vogue, un certain temps, ne font plus également recette aujourd’hui. Les terroristes n’ont plus donc que les rapts pour s’arroser. Cela dit, mais toujours est-il que le terrorisme n’est pas encore complètement vaincu dans la wilaya de Tizi Ouzou. Des familles continuent à subir les affres de ce phénomène.  

 

  M. O. B.

 

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Tizi-Ouzou / Un jeune COMMERÇANT enlevé à Beni Zmenzar

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

 

Tizi-Ouzou

Un jeune COMMERÇANT enlevé à Beni Zmenzar

La victime roulait à bord de son véhicule de marque Golf qui a été d’ailleurs abandonné avant d’être récupéré, hier matin par la famille du jeune commerçant. Nos sources précisent que le groupe auteur de cet énième rapt signalé à Tizi Ouzou était armé de kalachnikov et a agit à visage découvert. Aucune information n’a filtré, jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse, sur une éventuelle prise de contact par les ravisseurs avec la famille de la victime.

Lire la suite… »

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Le FLN de Tizi-Ouzou nous écrit

Posté par ddkabylie le 17 mai 2010

Le FLN de Tizi-Ouzou nous écrit

Suite à l’article paru dans le quotidien la Dépêche de Kabylie n°2426 du 16 mai 2010 sous le titre “Dix membres retirent leur confiance au Mouhafedh”, veuillez publier la mise au point suivante :
1- Le retrait de confiance au Mouhafedh est adopté par le bureau de la Mouhafedh (dix membres sur onze) qui est l’instance de direction du FLN à Tizi-Ouzou. Notre déclaration du 15 mai 2010 réitère cette position.
2- La réponse du Mouhafedh est aflligeante pour notre parti :
- La présence de 59 chefs de Kasma à la réunion relève de la tricherie. Si cela pouvait être vrai, tant mieux, puisque nous n’avons jamais appelé au boycott de cette séance de travail. De plus, leur présence ne constitue nullement un soutien pour lui, mieux encore, bon nombre d’entre eux étaient restés à nos côtés dans les bureaux ou dans les couloirs hors de la salle qui ne peut contenir plus de soixante personnes.
- Puisqu’il soulève ce point, nous n’avons pas voulu répondre aux provocations de ses barbouzes qui cherchaient des incidents pour nous les imputer. Nous avons agi en personnes responsables en faisant peuve de sagesse soucieux de préserver l’ordre public et par égard à notre invité.
- S’agissant de l’élection au comité central (quota de Tizi-Ouzou) nous l’invitons à ouvrir un débat sur cet aspect pour révéler toutes les dérives qui ont entouré les différentes phases de cette opération. Cette invitation est, du reste valable pour tous les points soulevés par notre rapport.
- En ce qui concerne nos éventuelles candidatures aux prochaines élections nous pouvons nous passer de ses conseils, mais il est tellement obnibulé par la fonction de Mouhafedh qu’il a déjà commencé la distribution de postes fictifs à quelques naïfs.
Comme à son habitude, il brasse du vent.
- Pour ce qui est de la restructuration des Kasmas, nous comptons bien y prendre part avec les militants. Nous sommes statutairement responsables de cette opération dans le cadre des instructions de notre direction nationale.
Enfin, nous l’invitons à revisiter sa mémoire et à relire toutes ses déclarations. Elles sont d’un stéréotype tellement indigents qu’on peut prévoir sa prochaine réplique.
L’auteur de l’article, le décrit imperturbable. Cela doit seulement être une apparence et comme on dit : “Les apparences sont souvent trompeuses.”

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Situation sécuritaire à l’est de Boumerdès

Posté par ddkabylie le 17 mai 2010

Situation sécuritaire à l’est de Boumerdès
Une bombe désamorcée,  l’ex-GSPC traqué par l’ANP

Découverte à temps, une bombe artisanale a été heureusement désamorcée par les services de sécurité, dans l’après-midi d’avant-hier, sur les hauteurs de Sahel Boubarak, faisant partie de la zone montagneuse de Ghzerwal, à l’est de Boumerdès.
Programmée pour exploser, ladite bonbonne meurtrière aurait été dissimulée dans un talus, aux abords d’un sentier fréquemment emprunté par les forces locales de sécurité. L’attentat aurait pu causer des pertes humaines et des dégâts matériels, à savoir l’endommagement de véhicules de passage, s’il n’avait pas été déjoué, inextremis, a-t-on commenté. L’on précise que cette intervention salutaire eut lieu, au moment où d’autres sections de l’ANP venaient d’enclencher un énième ratissage des maquis voisins à cheval entre Sahel Boubarak et Sidi Daoud, relevant de la circonscription de Baghlia. La précédente opération militaire ayant ciblé cette contrée, il y a tois semaines, s’était soldée, là, par la démolition de trois casemates. Dans l’intermède, les commandos locaux de l’ex-GSPC, affiliés à la phalange sanguinaire d’El Ansar ont fait diversion en planifiant le rapt d’un jeune entrepreneur à Baghlia, avant le double attentat à l’explosif de jeudi dernier. Trois morts et 14 blessés dont certains gravement y ont été dénombrés.
On redouble de vigilance face à ces hordes islamistes et leurs relais qui pullulent encore, notamment de l’est de Boumerdès jusqu’à la limite de Mizrana.

Salim Haddou

 

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

L’insécurité, basta !

Posté par ddkabylie le 17 mai 2010

L’insécurité, basta !

Ce sont les citoyens qui ont décidé de prendre leur revanche sur l’insécurité qui règne en maître des lieux dans leur localité. Une grève générale a paralysé, hier le chef-lieu de Souk El Tenine, pour dénoncer justement ce climat qui empoisonne la vie de la population. Entre le marteau des dealers et l’enclume des squatteurs de trottoirs, les citoyens de Souk El Tenine n’ont pas trouvé d’issue que de réunir les représentants des villageois pour une action commune. Tout comme leurs concitoyens de Boghni, de Iflissen qui se sont mobilisés pour libérer des leurs kidnappés par des ravisseurs, les citoyens de Souk El Tenine veulent rééditer cette expérience en imposant de l’ordre dans leur cité. Les témoignages des citoyens de cette région, livrée à l’autorité de tous les fléaux, sont alarmants. Ainsi, on évoque même un  » certaine passivité des autorités censées combattre ces dérives « , qui seraient  » laxistes « , voire  » absentes « . Dans ce cas de figure, l’action des citoyens de Souk El Tenine vise justement à dénoncer ce laisser-aller, non seulement dans leur région, mais à travers toute la Kabylie qui est devenue, ces dernières années,  » un havre de paix  » pour toutes sortes de dépassements, de fléaux et d’insécurité.  Entre le diktat des groupes armés, des ravisseurs et autres voyous se complaisant dans une « liberté » attentatoire à la quiétude et aux libertés des autres, la Kabylie perd de sa substance qui fait d’elle  une région émancipée.  Ces « agressions » à répétition que subit la région ont fait en sorte que nulle vie, en dehors de l’insécurité et des lieux de débauches n’est possible. Ces actions de résistance citoyenne que mènent les citoyens contre ces fléaux ne doivent pas passer inaperçues. Elles doivent être soutenues et encouragées. Elles sont le seul et unique rempart contre ces multiples dérives que charrie d’un coté l’inconscience des gens et de l’autre la démission des autorités, lesquelles ont déserté le terrain en Kabylie depuis bientôt une décennie. Donc, disons basta à l’insécurité avec le concours de tous !          

M. Mouloudj

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Une grève générale pour dénoncer l’insécurité dans la région

Posté par ddkabylie le 17 mai 2010

Une grève générale pour dénoncer l’insécurité dans la région
Les citoyens de Souk El Tenine : “ça suffit !”

Pendant la journée d’hier, une journée où se tient régulièrement depuis des lustres le marché hebdomadaire. Hier, ce n’était pas le cas. Les commerces, les différents points de vente, la poste et l’APC ont baissé leur rideau. Hormis les écoles, les pharmacies et quelques rares boutiques qui ont ouvert, c’est presque la paralysie totale : une ville fantôme comme on en voit dans les films westerns. Un silence de mort s’est installé dans la localité.

Lire la suite… »

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Béjaïa / Permutations entre trois chefs de sûreté

Posté par ddkabylie le 16 mai 2010

Béjaïa
Permutations entre trois chefs de sûreté

l Un léger mouvement a touché les chefs de trois structures de police au niveau de la wilaya de Béjaïa, à savoir les chefs de Sûreté des daïras d’Aokas et d’El kseur et madame le commissaire de la 2e Sûreté urbaine de Béjaïa. C’est ainsi que durant le week-end, il a été procédé à l’installation de cette dernière, à la tête de la Sûreté de la daïra d’Aokas en remplacement désormais de l’ex-chef de Sûreté de la daïra d’Aokas muté au même poste à El Kseur. Celui d’El Kseur remplacera probablement madame le commissaire de la 2e Sûreté urbaine de Béjaïa, promue au poste de chef de la Sûreté de la daïra d’Aokas, comme cité précédemment. Cette information avait circulé depuis la veille de la Fête de la femme, journée où, on attendait l’annonce de la promotion de cette responsable de Sûreté urbaine au poste de chef de Sûreté de daïra et la mutation du chef de Sûreté de la daïra d’Aokas à El Kseur mais le décès du patron de la Sûreté nationale est venu freiner tout mouvement dans ce corps.

A. G.

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

Beni Douala / Faux barrage à Icherdiouene

Posté par ddkabylie le 16 mai 2010

Beni Douala
Faux barrage à Icherdiouene

l Dans la journée de vendredi, aux environs de 4h du matin, un groupe de quatre éléments armés, ont dressé un faux barrage dans le village d’Icherdiouene relevant de la commune de Beni Douala, où un commerçant de passage s’est fait subtilisé son véhicule de marque “Renaut Tango” immatriculé à Tizi-Ouzou.
Le concerné a déposé plainte au niveau de la sûreté de daïra de Beni Douala, des recherches ont été immédiatement entreprises pour tenter de retrouver le véhicule et arrêter les auteurs.

Kamel B.

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

9 morts et 106 blessés dans 185 accidents depuis janvier à Tizi-Ouzou

Posté par ddkabylie le 16 mai 2010

Le bilan fait état de 447 cas de retrait de permis de conduire
9 morts et 106 blessés dans 185 accidents depuis janvier à Tizi-Ouzou

Les accidents de la circulation routière ont fait neuf morts et 106 blessés depuis le début de l’année en cours dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Les chiffres ont été communiqués hier à l’ouverture de la semaine arabe de la prévention routière. Une manifestation organisée conjointement par l’association “Les amis de la route”, la Protection civile, la Sûreté de la wilaya et l’ODEJ.
Le bilan est accablant, la route tue toujours dans la wilaya de Tizi-Ouzou, malgré les dispositifs de surveillance mis en place. Pas moins de 9 décès ont été enregistrés à travers les différentes routes de la wilaya lors de ces quatre derniers mois. Les statistiques font état de 185 accidents survenus durant cette même période. Des accidents qui ont causé 106 blessés plus ou moins graves. Le mois d’avril aura été le plus sanglant puisque celui-ci a connu 5 morts et 34 blessés. Par ailleurs, il a été procédé depuis le début de cette année 2010 au retrait de 447 permis de conduire pour différentes raisons. Ces retraits varient entre 3 et 6 mois. En outre, parmi ces retraits, 197 ont été fait grâce à la contribution du radar. C’est dire, en somme que les pouvoirs publics n’ont pas lésiné sur les moyens afin de mettre fin à l’hécatombe qui se poursuit en dépit de toutes les mesures préventives sur la route à Tizi-Ouzou. C’était en fait, sans compter sur l’inconscience de quelques chauffards qui ont tendance à s’amuser au volant. D’ailleurs, 66 cas de retrait de permis de conduire à cause de l’utilisation du téléphone portable en conduisant ont été recensés cette année. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est durant ces quelques dernières années durant lesquelles les appels et les campagnes de sensibilisation ont tendance à se multiplier, que les accidents de la circulation ont sensiblement augmenté. Jugeons-en ! En 2005, les services concernés ont recensé 315 accidents, en 2009, on fait état de 826 accidents. Notons que de 2005 à 2009, la wilaya de Tizi-Ouzou a enregistré 2 655 accidents. Pourtant l’état des routes s’est nettement amélioré ces quelques dernières années dans la wilaya. Qu’en est donc la cause de cet état de chose qui fait que la route tue de plus en plus dans la capitale du Djurdjura ? Difficile de cerner le problème. Les spécialistes parlent et s’accordent à dire que l’excès de vitesse en est pour beaucoup. Quoi qu’il en soit, les donnes sont dramatiques, la lutte contre ce fléau doit s’accélérer afin de limiter les dégâts. Pour plus d’un, cette lutte est désormais l’affaire de tous, tout le monde doit s’impliquer. C’est le message d’ailleurs que veulent transmettre les initiateurs de ces portes ouvertes sur la prévention routière qui se tiennent donc depuis hier au niveau de la maison de la culture Mouloud-Mammeri de la ville des Genêts. Pour ce faire, les organisateurs de la manifestation tenteront de toucher le plus grand nombre possible en multipliant les interventions et en initiant des actions sur le terrain. Pour eux, il est urgent de remédier à ce phénomène relatif aux accidents de la circulation routière qui prend de plus en plus de l’ampleur à travers la wilaya de Tizi-Ouzou. 

M. O. B.

Publié dans page 3 | Pas de Commentaire »

12345...22
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres