• Auteur:

    ddkabylie

  • Accueil
  • > Recherche : femme kabyle

Résultats de votre recherche

Lakhdar Sennane en concert à Paris

Posté par ddkabylie le 21 mai 2010

Actuellement en préparation pour son nouvel album
Lakhdar Sennane en concert à Paris

 
 

De Paris Djillali Djerdi

A l’occasion de la sortie prochaine de son nouvel album, Lakhdar Sennane donnera un concert le dimanche 30 mai 2010 à 15h, à la salle l’Archipel situé au 17, boulevard de Strasbourg 75010 Paris. Après la réussite de sa sortie parisienne en solo à l’Espace Reuilly en Novembre 2008, l’artiste revient avec un récital très riche où seront présentées ses anciennes et nouvelles chansons. Entouré de ses musiciens attitrés qui ont participé à la réalisation de l’album, le chantre à la voix du rossignol sera mieux inspiré et se donnera à fond pour satisfaire son public qui l’attend depuis près de deux années.
Lakhdar Sennane est né le 23 Avril 1965 au village Sahel (Mekla). Il a appris la musique d’une manière autodidacte en écoutant les anciens mais aussi en puisant son inspiration, dès son enfance, dans les monts, cimes, ravins, flancs, coins et recoins qui formaient son environnement. Ce dernier devient plus tard, la matière grise des ses tableaux musicaux, qu’il peint avec beaucoup d’affection et de prudence, une manière de prendre soin de sa Kabylie natale. Depuis ses débuts dans la chanson en 1996, Sennane se distingue avec son style atypique et sa manière de chanter qui lui est propre. Ne jouant pas d’instrument, il le compense par sa belle allure sur scène, sa présence vocale et sa gestuelle séductrice qui nous rappelle Zarrouki Allaoua ou encore Samy El Djazaïri. Ses cordes vocales lui permettent de s’adonner facilement aux variantes difficiles kabyles, très difficiles, comme les Achouiq, Ahiha et Tivougharine qui nécessitent de grandes capacités techniques et qu’il interprète avec une aisance remarquable. Lakhdar Sennane est un adepte du verbe raffiné qu’il déniche précieusement d’un terroir profond. Son répertoire est riche et varié en textes et en mélodies et parmi ses thèmes de prédilection, on peut citer : l’amour, le pays, la société, la jeunesse, la fierté et la montagne. Depuis ses débuts en 1996 avec « Macci dbuymelian » (je ne suis pas millionnaire) puis « Amizav » (la source) en 1998, « D-uliw » (c’est mon coeur)en 2000, « Tamurtiw » (ma patrie) 2002, et enfin « Adrariw » (ma montagne) 2008, il ne cesse de gravir les échelons pour s’imposer avec une notoriété bien méritée.  Vivant en France depuis huit ans, Sennane garde un attachement viscéral à sa famille, à sa Kabylie mais aussi à l’Algérie. A l’instar de Farid Ferragui, Lakhdar Sennane a adopté un public composé essentiellement de la gent féminine qui lui est fidèle, le suit partout où il se produit et le soutient toujours. Le secret de cette fusion entre l’artiste et son public est sûrement lié au style adopté par le chanteur qui s’inspire des airs féminins anciens « Urar n-lxalat », un rituel exercé auparavant par nos femmes et dans lequel il puise son œuvre pour le remettre en valeur. Aussi, Lakhdar Sennane sait parler aux femmes dans leur langage et leurs codes spécifiques en leur dédiant une poésie accessible et sensuelle à la fois.  Par ailleurs, Lakhdar Sennane prépare actuellement son nouvel album dont une chanson phare où participeront beaucoup de chanteurs kabyles de renom, ainsi que le DVD d’un concert live animé en île de France, un travail bien élaboré préparé avec son arrangeur Abdelghani Torqui. Si tout ce passe comme convenu, les deux ouvrages seront sur le marché dès la rentrée prochaine.  

 

D. D.

Publié dans Culturelle | Pas de Commentaires »

Maâtkas Tigejdit / Trois journées d’études sur la poterie`du 28 au 30 mai

Posté par ddkabylie le 21 mai 2010

Maâtkas  Tigejdit
Trois journées d’études sur la poterie`du 28 au 30 mai

Cette fois avec le concours du comité de village, elle entend organiser trois journées d’études sur la poterie pour sauver ce qui reste de cet art traditionnel et afin de le réhabiliter. A cet effet, un riche programme est concocté et s’étalera sur trois journées consécutives.

Lire la suite… »

Publié dans Kabylie | Pas de Commentaires »

Souk Oufella / Tiliouacadi, la foire aux bonnes affaires !

Posté par ddkabylie le 19 mai 2010

 

Souk Oufella
Tiliouacadi, la foire  aux bonnes affaires !

Dans le même sillage, on raconte que les marieuses pullulent à travers les rues du village, elles viennent souvent avec la certitude de trouver une belle-fille mais retournent généralement sans dénicher la compagne de vie de leur célibataire endurci. Preuve en est, que les belles-filles ne « s’achètent » pas comme une toute autre marchandise !

Lire la suite… »

Publié dans Kabylie | Pas de Commentaires »

Deuxième semi-marathon de Kabylie

Posté par ddkabylie le 18 mai 2010

Deuxième semi-marathon de Kabylie
Ce vendredi à Taksebt

Le semi-marathon de Kabylie, organisé par l’Association des amis de la course à pied ( ADCP) en sa deuxième édition aura lieu ce vendredi 21 mai à Tizi Ouzou avec la participation de plusieurs coureurs venus des quatre coins du pays. Dédié à la mémoire de deux figures de proue du sport kabyle, le footballeur Kamel Aouis  et l’arbitre international d’Athlétisme, Hocine Boudifa,  ce  second semi marathon de Kabylie d’une distance de 17, 5 km  aura comme point de départ le 2e pont du barrage à partir de 8h30 jusqu’au stade Oukil Ramdane de Tizi Ouzou, lieu de l’arrivée.  Les organisateurs qui ont mis les bouchées doubles pour faire de ce rendez-vous, celui des grandes retrouvailles des amoureux de la course à pied de toutes les générations, tablent sur une large participation à cet événement  ouvert à tous les amateurs de la course chez les hommes et les femmes et sera agrémenté également par la participation de plusieurs ex-stars du football  kabyle comme ce fut le cas la saison passée, à l’instar de Mouloud Iboud, Kamel Abdeslam, Djamel Menad, Hadj Adlane, Meghrici, Aït Abderahmane, Mokbel…Une présence qui ajoutera sûrement du charme à ce marathon qui semble s’inscrire désormais dans la tradition selon les membres de l’association organisatrice malgré le manque de moyens surtout en matière de sponsors. Malgré cela, les organisateurs ont prévu des récompenses pour les cinq premiers au classement général ;  les cinq premiers dans chaque catégorie  (de 18 ans  à 60 ans  et plus) chez les hommes, les cinq premiers au classement général et les trois premiers dans chaque catégorie (de 18 ans à 40 ans et plus) chez les femmes. Les handisports qui prendront part à ce marathon ne sont pas oubliés  puisque les trois premiers auront leurs récompenses.  Concernant le retrait des dossards pour les participants, les organisateurs ont choisi le stade du 1er-Novembre pour cette opération prévue ce jeudi 20 mai à partir de 12 h soit vingt quatre heure avant le coup d’envoi de la manifestation. Les participants à ce rendez-vous sont invités à se rendre au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou, le jour même soit le vendredi 21 mai à partir de 7 h d’où ils seront acheminés par bus jusqu’au lieu du départ du marathon prévu à 8h30 au niveau du 2e pont du barrage de Taksebt. 

A. C.

Publié dans page 23 | Pas de Commentaires »

Un acte culturel majeur en phase de déclin

Posté par ddkabylie le 14 mai 2010

Histoire, moments phares et avatars des activités de lecture
Un acte culturel majeur en phase de déclin

La problématique de la lecture telle qu’elle se pose en Algérie demeure, sans doute plus qu’ailleurs, étroitement liée au système scolaire et à sa capacité d’inculquer une tradition et d’ ‘’inoculer’’ une passion chez les jeunes élèves. Cette capacité est d’autant plus aléatoire et si bien érodée au fil du temps que d’autres facteurs de ‘’dissuasion’’ ont largement interféré en faveur du ludique, du clinquant et des ersatz de plaisirs fugaces représentés par les moyens audiovisuels dont on sait rarement extraire le joyau et la substance.  Il s’ensuit que, même pour certains adultes de l’ancienne génération qui ont bénéficié d’un capital conséquent de culture générale et d’amour de la lecture, le temps passé à la lecture se réduit de plus en plus en peau de chagrin.

Lire la suite… »

Publié dans Culturelle | Pas de Commentaires »

Raffour Centre culturel Matoub Lounès

Posté par ddkabylie le 12 mai 2010

Raffour   Centre culturel Matoub Lounès
Commémoration du 08 mai… féminin

Ces femmes ont été conviées à la cérémonie par voie d’affichage au niveau de leurs lieux de prédilection… les salons de coiffures ; de plus, le programme intelligemment élaboré a vite fait le tour des chaumières et comment quand on retrouve à l’affiche Nna Fetta Yellis Idhourar, qui est venue de Larbaâ N’ath Irathen en compagnie de l’animateur chanteur Malek N’Michelet, cette femme dont le talent artistique a entamé une ascension fulgrante, nous apprend qu’en plus de 03 albums de chants traditionnels et patriotiques qui sont déjà sur le marché et dont elle est chanteuse compositrice et qu’elle est à son 8e film en doublage, réalisés avec la 4e chaîne télévision en Tamazight et que dans la plupart de ces films, elle tient le 1er rôle ; une autre femme qui accompagnait ce groupe et qui tenait à garder l’anonymat, n’est autre qu’une élève du géant du Medh et Achawiq Kabyles feu Mokrane Aggawa.

Lire la suite… »

Publié dans Bouira 10 | Pas de Commentaires »

Randonnée sur les eaux de Kabylie

Posté par ddkabylie le 28 avril 2010

Barrages, lacs, sources hydriques, thermes et mythologie de l’eau
Randonnée sur les eaux de Kabylie

En 2010, les photos satellites du territoire kabyle sont embellies de quatre lacs artificiels. Ce sont les plans d’eau des quatre barrages hydrauliques construits entre 2005 et 2008. Deux, sur les piémonts nord et sud du Djurdjura (Taksebt, à Tizi Ouzou, et Tilesdit, à Bouira), un sur le piémont des Bibans (Tichy Haf, à Béjaïa) et le quatrième sur le moyen Isser (Koudiat Acerdoune, dans la daïra de Lakhdaria). Ce dernier, avec sa capacité de rétention de 640 millions de mètres cubes d’eau- son remplissage intégral est prévu pour l’hiver prochain (2010-2011)- prend les allures d’une mer intérieure comprise entre les villes de Lakhdaria et Tablat.

Lire la suite… »

Publié dans Haltes | Pas de Commentaires »

M’chadallah

Posté par ddkabylie le 26 avril 2010

M’chadallah
Ruée sur la carde sauvage, un signe de misère

Ce sont des scènes pénibles qui reviennent en cette saison depuis plusieurs années soit depuis que “la corruption est devenue inévitable”, selon l’aveu, même de nos officiels ou plus précisément depuis que l’historique manne financière nous est tombée comme une malédiction sur la tête suscitant des boulimies jamais observées auparavant.

Lire la suite… »

Publié dans Bouira 10 | Pas de Commentaires »

L’art de la peinture

Posté par ddkabylie le 23 avril 2010

 

L’art de la peinture  
Abdelkrim Tahar, une ombre et une lumière de la Kabylie

Lors d’une petite visite rendue hier à notre rédaction, l’artiste peintre Abdelkrim Tahar, déplore la situation dont  laquelle végète l’art de peinture en Algérie. Après avoir passé une trentaine d’années d’exil en France, l’artiste a décidé de rendre visite à son pays, tout en organisant, et pour la première fois, une exposition d’une soixantaine d’œuvres à la Maison de la culture la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Une exposition qui a suscité un fort engouement, relate notre interlocuteur. “Après la réussite de ma première exposition dans la wilaya de Tizi-Ouzou, j’ai choisi cette fois-ci, la capitale, et exactement au niveau des halls de l’hôtel El Aurassi, où je  suis entrain d’exposer une trentaine de mes meilleurs portraits’’.
Ses passages dans les villes de l’Hexagone où il a animé une quinzaine d’expositions à Amiens, Marseille et Paris ont laissé une bonne impression auprès des journalistes locaux, en témoigne le volumineux press-book qu’il garde jalousement dans ses bagages. En effet, les  peintres sont des virtuoses. Et là où les mots sont parfois impuissants, rien de mieux qu’une peinture pour dire, raconter et décrire. Pourtant l’artiste a été un professeur d’économie à l’université de Tizi-Ouzou, mais ce dernier a décidé de quitter le pays lors des années de plomb pour y aller s’installer dans l’hexagone, là il a exercé en tant qu’enseignant de sciences au collège d’Ailly sur Ney (France). M. Abdelkrim Tahar, commença  son ‘’ aventure’’ comme artiste peintre en 1995, tout en débutant par des peintures sur les paysages, notamment les beaux paysages de notre Kabylie, et particulièrement sa région Tegzirt- sa ville natale- ainsi que des portraits de ses différents idoles tel que le regretté Matoub Lounés. D’ailleurs, le portrait de  ce dernier a été exposé, pour la première fois, sur les plateaux de la chaîne TV Canal Algérie, lors d’une émission dont il a été l’unité. Les toiles sont répertoriées sur différents thèmes tels que les traditions Kabyles, des portraits sur la femme Kabyle, des scènes de vie, événements tragiques qu’a vécu notre pays. “Généralement, je peints des portraits de famille, des scènes de vie que je garde comme souvenirs, des images que je vois dans la rue, la beauté des cours des anciennes maisons, le quotidien des femmes Kabyles, et j’accorde une attention particulière au paysage auquel j’y tiens beaucoup dans mes œuvres” révèle notre invité. En somme, c’est sur cette palette de couleurs, où l’artiste exprime son don, et son incontournable attachement viscéral à sa région et à ses traditions Kabyles. Autrement dit,  la peinture est à la fois un moyen d’expression et un hobby qui lui permet de raconter artistiquement son monde Pour Abdelkrim Tahar, “l’art et la culture de la peinture chez nous, sont quasiment inexistants, faute  de moyens, et le laisser-aller des responsables de ce secteur” déplore-t-il. Et d’ajouter : “Il faut penser à la culture et encourager les jeunes attristes qui peinent pour acheter le matériel necessaire pour exercer leurs professions,sachant que la culture est une partie intégrante du développement”, plaide-t-il.
 Enfin, il est à rappeler que son exposition à l’hôtel El Aurassi s’étalera jusqu’au 30 avril courant.

Yahia Maouchi

Publié dans Culturelle | Pas de Commentaires »

Les Arts du monde

Posté par ddkabylie le 22 avril 2010

Les Arts du monde
Les tisseuses de printemps

On ne peut parler de la participation des femmes à la lutte du Printemps 1980 sans évoquer l’existence et donc exhumer de l’oubli les illustres figures féminines qu’elles soient connues ou anonymes, les omettre serait encore  une fois mutiler l’histoire de tout ce qu’elle a de beau et de courageux à la fois.

Lire la suite… »

Publié dans Culturelle | Pas de Commentaires »

1234
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cigales2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres